Coup dur pour Macron : les partis politiques libyens refusent de répondre à son invitation à Paris

La classe politique libyenne a annoncé qu’elle boycottera la conférence internationale sur la Libye qu’Emmanuel Macron souhaite organiser en France le 12 novembre 2021. Les responsables libyens remettent en cause la bonne foi de Paris

Un énième coup dur pour Emmanuel Macron et la Diplomatie française. Alors que Paris, récemment trahi par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, est en train de perdre son influence en Afrique, la France risque de perdre la main en Libye, pays en pleine reconstruction après une guerre civile qui a duré presque 10 ans.

C’est en tout cas l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 20 octobre du média libyen LibyaObserver.ly. En effet, d’après cette source, les partis politiques libyens s’apprêtent à boycotter la conférence internationale sur la Libye prévue le 12 novembre prochain en France. L’annonce de cet événement avait été faite par Jean-Yves Le Drian, ministre français des Affaires étrangères.

Mais, apparemment, en Libye, l’idée ne séduit guère les autorités politiques, comme le souligne le média en question. Ainsi, à en croire LibyaObserver.ly, les partis politiques qui devaient prendre part à cette conférence remettent en cause le timing et les vraies intentions de la France envers leur pays.

LibyanObserver qui cite l’agence de presse italienne Nova nous apprend que la France est allée jusqu’à proposer une co-organisation de l’événement avec l’Italie et l’Allemagne, mais les deux pays ont répondu par la négative. Selon les responsables politiques interrogés par l’agence de presse italienne, le rôle trouble de la France dans le conflit libyen a été l’une des raisons pour lesquelles ils ne veulent pas se rendre à Paris.

Rappelons qu’en Libye, l’image de la France est quelque peu écornée depuis le début de la crise. En effet, beaucoup de Libyens lui reprochent d’avoir armé le général Khalifa Haftar, seigneur de guerre qui règne en maître dans la partie est du pays. “On ne peut pas faire confiance à la France et on doit être prudents quant à ses initiatives envers la Libye”, a d’ailleurs mis en garde Idriss Abou Fayed, membre du Haut Conseil d’Etat, chambre haute du Parlement libyen.

“Un coup dur pour Macron”

Il faut dire que le boycott de la conférence internationale sur la Libye est un coup dur pour Emmanuel Macron, lui qui a voulu placer la France en pôle position dans la reconstruction de ce pays africain richissime en pétrole. D’ailleurs, ces dernières années, Paris a multiplié les initiatives afin de se tailler une place dans ce pays stratégique, aujourd’hui convoité par toutes les puissances étrangères.

En avril 2021, la France avait débloqué 1 million d’euros pour financer la présidentielle libyenne qui devrait se tenir ce 24 décembre 2021. Et ce n’est pas tout. En août 2020, Paris avait annoncé une enveloppe de 1 million d’euros pour faciliter le retour des populations libyennes forcées à l’exil.