Coup dur pour Macron : son ex ministre des Sports aurait caché ses activités rémunérées à des milliers d’euros

Laura Flessel, ex ministre des Sports d’Emmanuel Macron, est visée par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP) qui lui reproche d’avoir omis de signaler ses nouvelles activités à l’institution

Laura Flessel est dans de beaux draps et l’image de la Macronie risque à nouveau d’en pâtir. En effet, deux ans après sa démission, Laura Flessel, ancienne ministre des Sports dans le gouvernement d’Edouard Philippe, est dans le collimateur de la HATVP (Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique).

En effet, dans un avis rendu ce 2 mars passé inaperçu mais détecté par les radars de notre média Lecourrier-du-soir.com, la HATVP reproche à l’ex ministre des Sports d’avoir mené des prestations rémunérées sans en avertir la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique.

Parmi les activités en question, en figure une réalisée pour le compte de la société AirBNB et InnovHealth mais aussi la création du fonds de dotation Sport’s By Laura Flessel qui proposait des conseils aux sportifs de haut niveau. Aucune de ces activités n’a été portée à la connaissance de la HATVP.

Et l’institution ne décolère pas. “La Haute Autorité constate que Madame Flessel n’a pas respecté son obligation de la saisir préalablement à la création de sa microentreprise en 2019, en méconnaissance de l’article 23 de la loi du 11 octobre 2013. Ce manquement est d’autant plus regrettable, compte tenu de l’importance des fonctions publiques antérieurement exercées par l’intéressée, que la décision préalable de la Haute Autorité a notamment pour objectif de protéger le responsable public d’une mise en cause au regard du délit de prise illégale d’intérêts, sanctionné par l’article 432-13 du code pénal”, déplore-t-elle.

La HATVP poursuit : “en vertu du décret du 24 mai 2017, Madame Flessel avait la charge de préparer et mettre en œuvre la politique du Gouvernement relative à la promotion et à l’organisation des activités physiques et sportives. Il ressort des informations transmises à la Haute Autorité que Madame Flessel a déjà réalisé plusieurs prestations dans le cadre de sa microentreprise, et qu’elle en réalise d’autres actuellement. D’une part, l’intéressée participe au conseil d’administration de la société chargée de la maîtrise d’ouvrage dans le cadre du projet de réaménagement de la gare du Nord à Paris. Elle apporte également son conseil dans le cadre du projet de construction d’un pôle universitaire du Val d’Europe, dont la maîtrise d’ouvrage a été confiée à la région Île de France. Madame Flessel a également réalisé une prestation pour la société privée Airbnb dans le cadre des Jeux Olympiques de Tokyo 2020. D’autre part, l’intéressée collabore actuellement avec la société privée InnovHealth afin de développer son projet de passeport de santé numérique sur le continent africain, mais aussi dans le milieu sportif, en France et à l’international. Enfin, Madame Flessel a créé, en novembre 2018, le fonds de dotation Sport’s by Laura Flessel, proposant des conseils aux sportifs de haut niveau et aux entraineurs. Pour le compte de ce fonds de dotation, l’intéressée a réalisé et mis en place une plateforme dont l’objet est de
mettre en relation les sportifs et les entraineurs avec des organismes de formation ainsi qu’avec des chefs d’entreprise”.

La HATVP n’accuse pas directement l’ex ministre mais évoque des risques de prise illégale d’intérêts, un délit passible de 3 ans de prison et 200 000 euros d’amende. Il convient de souligner que ce n’est pas la première fois qu’un membre du gouvernement d’Emmanuel Macron est visé par la HATVP. En effet, en novembre dernier, Alain Griset, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises avait été visé par la HATVP pour avoir reconnu n’avoir pas déclaré une transaction qui a rapporté 130 000 euros. Pour l’institution, c’est de l’abus de confiance.

Pour lire l’avis de la HATVP, cliquez ici : HATVP