Macron et sa doctrine folle de l’endettement massif : en 2020, l’Etat français a emprunté 314 milliards

0
287

Face à la gravité de la crise sanitaire dont les conséquences ont été terribles pour l’économie française, Emmanuel Macron a opté pour l’endettement massif comme l’avait annoncé en avril dernier Gérald Darmanin, à l’époque ministre des Comptes Publics. Ainsi, en 2020, en pleine crise sanitaire, la France a emprunté 314 milliards d’euros et d’après Ouest France, l’Etat emprunte des milliards chaque semaine

S’endetter massivement afin de faire face aux conséquences drastiques de la crise sanitaire. Telle est la stratégie du gouvernement français en ces temps de crise. Sauf que l’Etat a menti car en décembre 2020, son agence Agence France Trésor (AFT) avait fixé le montant de l’endettement à 260 milliards d’euros.

“Se fondant sur le projet de loi de finances pour 2021, qui prévoit des émissions à moyen et long terme (OAT) pour 260,0 Md€ nettes de rachats, un montant stable par rapport à 2020, Bruno Le Maire, ministre de l’Économie, des Finances et de la Relance, a arrêté le programme indicatif de financement de l’État pour l’année 2021″, précisait le communiqué de l’agence.

Et d’ajouter : “une éventuelle révision à la hausse du déficit budgétaire d’ici à l’adoption définitive de la loi de finances pour 2021, en cours de discussion au Parlement, n’affectera pas les émissions de dette à moyen et long termes nette des rachats, et sera couverte par l’augmentation de l’encours des titres à court terme ainsi que par la mobilisation d’autres ressources de trésorerie. La révision correspondante du tableau de financement de l’État pour 2021 sera publiée après l’adoption définitive de la loi de finances pour 2021”.

Pourtant, une enquête menée en mars 2021 par Ouest France et intégralement lue par Lecourrier-du-soir.com dit le contraire. L’endettement de la France est certes massif, mais l’Etat a emprunté 314 milliards d’euros au lieu des 260 milliards annoncés en décembre par l’AFT.

Dans le reportage de Ouest France, le média nous apprend que l’Etat français s’endette chaque semaine. Et pour arriver en renflouer les caisses du Trésor Public, la France recourt à 15 banques, parmi lesquelles BNP, Crédit Agricole et Société Générale. Il suffit de souligner que l’endettement massif a été dès le but de la crise l’option privilégiée par l’Etat français pour faire face à la situation très critique de l’économie française.

En effet, en avril dernier, à la question de savoir s’il y a un plafond pour la dette, Gérald Darmanin, à l’époque ministre de l’Action et des Comptes Publics, avait répondu : « non, il n’y a pas de plafond. On ne sait pas, le président de la République ne nous a pas fixé de plafond. Aujourd’hui, la France continue à emprunter dans des conditions satisfaisantes, si vous me permettez cette expression avec des taux bas et arrive à avoir le financement qu’elle propose aux marchés. (…) On n’a préféré l’endettement à la faillite, on a préféré ça que le licenciement de masse et des faillites parce que ça nous coûterait plus cher le jour où la reprise économique sera là ».