Covid en France : effrayé par la nouvelle vague, l’Etat appelle à accélérer la 4ème dose

Le gouvernement français juge qu’il y a peu d’injections de la 4ème dose et appelle à accélérer le rythme 

La France se dirige-t-elle vers la généralisation de la quatrième dose? Pour le moment, difficile de répondre à cette question. Mais, l’Etat et les autorités sanitaires préparent les esprits au moment où le pays enregistre, d’après les données officielles, une flambée de cas.

Il convient de rappeler que l’ex ministre de la Santé, Olivier Véran, avait déjà prôné pour le rappel vaccinal en mai dernier. “Le scénario le plus probable, partagé par la communauté scientifique, c’est qu’il y aura d’autres variants, mais issus vraisemblablement d’Omicron (…) contre lesquels nous pouvons lutter avec l’immunité que nous avons acquise mais qui nous feront peut-être nous poser la question d’un rappel vaccinal l’automne prochain si jamais une vague devait émerger”, disait-il lors d’un point de presse.

Ces derniers jours, sur Europe 1, c’est Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique, qui a appelé à injecter la 4ème dose aux plus fragiles. Mais, la hausse récente des cas semble avoir complètement changé la donne du côté du gouvernement qui, jusqu’ici, voulait éviter de semer une vive polémique en prônant la 4ème dose.

En tout cas, comme l’ont révélé plusieurs médias dont Ouest-France, face à la flambée des cas, le gouvernement ne cache plus son inquiétude. En effet, d’après plusieurs médias, le ministère de la Santé qui a tenu un point de presse ce 21 juin se dit inquiet et appelle à accélérer la cadence.

“Ça ne va pas assez vite, il n’y a pas suffisamment de gens qui viennent se faire vacciner”, a déploré le ministère. L’information a été confirmée par Le Parisien qui évalue le rythme de la campagne de la 4ème dose à entre 25 000 et 30 000 piqûres par jour en moyenne depuis deux mois. Un rythme relativement lent, selon les autorités françaises.

Pour le ministère de la Santé, il est temps de redoubler d’efforts. “Il est nécessaire de redoubler nos efforts pour protéger les personnes fragiles, cela passe par la vaccination et cette campagne de deuxièmes rappels est absolument nécessaire”, insiste-t-on du côté du gouvernement.

Le gouvernement français finira-t-il par généraliser la 4ème dose? En tout cas, si pour le moment, le gouvernement tente de ne pas déclencher un vif tollé, il pourrait bien finir par suivre les traces du gouvernement espagnol qui a annoncé, il y a moins semaine, que la 4ème dose sera imposée à toute la population à l’automne.