Covid et surveillance massive : voici l’extrait intégral du livre qui nous annonce la dictature qui arrive

Cheikh DIENG, auteur du livre “Covid-19 : le monde d’après sera une dictature” vous propose la lecture intégrale de la conclusion de son livre qui prédit l’arrivée d’une dictature de la pensée unique à laquelle il sera très difficile d’échapper

Excellente lecture

“Ici s’achève l’observation d’une pandémie à visage tyrannique qui, pendant au moins quatre mois, nous a plongés dans la réalité du monde dans lequel nous vivrons demain, nous et nos enfants. Celui-ci sera, à bien des égards, différent du monde que nous avons connu jusqu’ici et qui, se distinguant pour une impressionnante avancée technologique, nous préparait déjà à l’arrivée d’un monde d’après qui donnera lieu à une confrontation inévitable entre gouvernants et gouvernés.

Désormais, il n’y a qu’un seul constat à faire : rien ne sera plus comme avant contrairement à ce que nos gouvernants nous disaient au tout début de la pandémie. En effet, pour nous imposer un confinement synonyme d’une perte presque totale de toutes nos libertés fondamentales, ils nous faisaient miroiter l’espoir d’un retour à une vie normale post-Covid-19 une fois que la courbe aura chuté, nous rassurant ainsi que nous pourrions, une nouvelle fois, nous retrouver en famille dans un parc, dans la terrasse d’un bar, au bord d’une plage, dans un restaurant, dans une salle de ciné ou encore en famille.

Pourtant, juste après le confinement, au moment où les risques d’une éventuelle seconde vague se précisaient de plus en plus, le discours changera complètement. Apparemment, seule l’arrivée d’un vaccin nous permettra de rependre partiellement notre vie en main. Et là aussi, il faudra prendre cette promesse d’un retour à une vie normale avec des pincettes. Car, en juin dernier, lors d’une conférence de presse, Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation Mondiale de la Santé, n’a pas voulu faire dans l’ambiguïté. « Je veux être franc avec vous. Il n’y aura pas de retour à la vieille normalité dans un futur proche », avait-il prévenu.

D’ailleurs, pour nous habituer psychologiquement au monde d’après, nos gouvernants ont mis en place un concept tout nouveau qu’ils ont baptisé la « nouvelle normalité », ce qui voudrait dire en d’autres termes le « nouveau monde ». Et dans ce nouveau monde qui a déjà vu le jour, rien ne sera plus jamais comme avant.

La surveillance de masse, légalisée lors de la pandémie dans le cadre de la lutte contre le virus, sera normalisée dans des grandes démocraties et personne ne pourra s’y opposer. Pire, les quelques-uns qui oseraient la dénoncer risquent de le payer très cher. Notre vie ne sera plus entre nos mains, mais entre celles des tout-puissants GAFA qui seront, sans aucun doute, les futurs gendarmes du monde auxquels tous les gouvernements se soumettront.

Se rendre en entreprise pourrait ne plus être une obligation pour beaucoup de salariés car le télétravail deviendra la nouvelle norme. Justement en parlant de télétravail, je dois rappeler que la multinationale Facebook a annoncé début août avoir autorisé ses employés à travailler à distance jusqu’au mois de juillet 2021 et en France, jusqu’au mois de septembre, la pratique était encore courante dans tout le pays.

Désormais, les gérants de restaurant pourront se substituer aux médecins et prendre la température de leurs clients par infrarouge. Et désormais, tout spectateur ne disposant pas d’un carnet de vaccination anti-Covid-19 risque de ne pas pouvoir assister à un événement sportif, culturel ou autre. Pareil pour celles et ceux qui devront prendre l’avion pour voyager ou trouver un emploi. D’ailleurs, pour beaucoup, le vaccin, tout comme les masques, sera rendu obligatoire.

L’enseignement à distance, facilité par l’avènement d’Internet, deviendra une pratique courante dans beaucoup d’établissements et les lois liberticides entrées en vigueur pendant la pandémie pour affaiblir des parlements ou museler des opposants dans plusieurs pays risquent de ne plus disparaître au nom de la lutte contre le Covid-19. D’ailleurs, en France, début septembre, l’Exécutif n’hésitera pas à demander au Parlement de prolonger la loi permettant de limiter les déplacements et les rassemblements jusqu’au 31 mars 2021 alors qu’elle devait prendre fin dès le 30 octobre.

L’Intelligence Artificielle pourrait renvoyer des milliers d’humains au chômage technique. Et ces derniers devront céder la place aux robots.  Je dois faire remarquer que cette triste réalité a déjà vu le jour dans plusieurs domaines y compris le journalisme car en mai 2020, Microsoft a dû licencier cinquante journalistes de son site MSN pour les remplacer par des robots et en septembre de la même année, le média britannique The Guardian avait fait parler de lui dans les médias en publiant, pour la première fois, un édito entièrement rédigé par l’Intelligence Artificielle et portant un titre assez révélateur : « avez-vous peur, humains ? »

De mémoire d’homme, les Etats n’avaient jamais été aussi puissants qu’ils ne l’ont été depuis l’avènement de la pandémie et si rien n’est fait pour renverser la tendance, il y a de très forte chance que cette situation perdure dans le temps au détriment de tous les peuples qui ont dû verser le sang dans le passé et qui luttent encore pour en finir avec le totalitarisme sous toutes ses formes.

Les peuples sont, pour le moment, totalement désaxés, dépourvus de tout moyen pour faire face aux gouvernants qui ont profité d’une pandémie que personne ne voyait venir pour renforcer leur pouvoir, semer la terreur (en connivence avec les médias) et imposer, sans gêne, des règles anti-démocratiques.

Cependant, pour celles et ceux qui croient encore en la force du peuple, l’espoir est toujours permis. En effet, les vagues de protestations aux Etats-Unis, en Allemagne, en Espagne, au Sénégal, en France et ailleurs nous annoncent une virulente réaction populaire qui ne tardera pas à voir le jour.

Somme toute, les peuples n’ont pas le choix car cette virulente réaction populaire est leur seul et dernier espoir de survie s’ils veulent éviter l’instauration définitive d’un monde de surveillance et d’auto-surveillance où la technologie et l’Intelligence Artificielle feront leur loi et où les voix des peuples ne résonneront plus. Détrompez-vous ! Ce monde d’après, quels que soient les bienfaits qu’il nous apportera dans notre vie quotidienne, ne sera rien d’autre qu’une dictature contre les peuples.”

Pour acheter le livre, cliquez sur les liens suivants : Covid-19, Covid-19