Covid : le conseil scientifique américain confirme le risque d’inflammation cardiaque du vaccin Moderna

D’après l’agence de presse Reuters, le CDC (Center for Disease Controle), conseil scientifique américain, a reconnu que le vaccin Moderna comporte des risques d’inflammation cardiaque, plus particulièrement chez les jeunes

Les effets secondaires des vaccins à la loupe. En tout cas, moins d’une semaine seulement après la publication du rapport de la revue scientifique The Lancet reconnaissant que le vaccin Pfizer présente un risque élevé de myocardite, c’est au tour du CDC, conseil scientifique américain, de mettre en garde contre le risque d’inflammation cardiaque du vaccin Moderna.

C’est en tout cas l’information relayée ce 14 juin par l’agence de presse, Reuters. En effet, d’après cette source, des données fournies à l’agence américaine des médicaments FDA concluent que le risque d’inflammation du vaccin Moderna est supérieur à celui de Pfizer. Et les jeunes sont les plus ciblées.

“Les incidents sont relativement rares et la plupart des gens qui souffrent d’effets secondaires guérissent entièrement. Cependant, une comparaison a démontré que le risque de myocardite et péricardite chez les jeunes âgés de 18 à 39 ans était 1,1 à 1,5 fois plus élevé après la prise du vaccin Moderna, confirme le FDA”, renseigne Reuters.

D’après l’agence de presse, des données fournies par le CDC concluent que pour chaque 100 000 personnes vaccinées avec Moderna , 6,27 ont souffert d’inflammation cardiaque contre 4,41 pour une dose de Pfizer. La source ajoute que des pays ont même limité l’administration du vaccin Moderna en raison d’un risque élevé d’inflammation cardiaque.

Pourtant, malgré les conclusions du CDC, l’agence américaine des médicaments a approuvé le vaccin Moderna pour les enfants âgés de six mois à 17 ans. C’est du moins ce que notre média a appris auprès du site d’information médicale BioSpace qui révèle que l’approbation du vaccin Moderna a été faite de manière unanime lors d’un vote mardi après-midi.

Il convient de rappeler que cette révélation intervient moins d’une semaine après celle de The Lancet qui, dans un rapport rendu public il y a quelques jours, a confirmé que les vaccins Moderna et Pfizer comportent un risque élevé de myocardite, tout en précisant que ce risque est assez rare chez les vaccinés.

Dans l’étude en question, on pouvait lire : “un risque accru de myocardite et de péricardite a été noté après la vaccination contre la Covid et a été plus fort chez les hommes âgés de 18 à 25 ans après la prise de la seconde dose. Cependant, l’incident était rare”. La revue tente tout de même de minimiser. En effet, d’après The Lancet, sur 15 148 369 de personnes ayant reçu le vaccin, seuls 411 cas de myocardite et de péricardite ont été identifiés.