Crise financière : les Français sont désormais priés de travailler jusqu’à 37 heures

0
376

Le ministère du Travail a passé une ordonnance prévoyant de mieux indemniser les salariés travaillant plus de 35 heures par semaine. La mesure risque de ne pas froisser la droite car ce 22 avril, Bruno Retailleau, sénateur Les Républicains (LR), a proposé que les Français travaillent 37 heures la semaine afin de participer à la relance d’une économie à genoux

En pleine crise sanitaire, alors que l’économie vient de prendre un sacré coup, les idées pour une relance de l’activité économique pullulent. Si l’Etat estime que l’endettement à tout de bras est mieux que le rétablissement de l’Impôt sur la Fortune, d’autres veulent aller plus loin, demandant que la durée de l’heure légale (35 heures) soit prolongée.

C’est en tout cas la proposition formulée par Bruno Retailleau, président du groupe LR au sénat qui demande que les Français se sacrifient en travaillant plus. « Il faudra accepter de travailler jusqu’à 37 heures la semaine, c’est-à-dire aux alentours de 1 700 heures à l’année avec un quota d’heures supplémentaires autour de 300 heures », explique le sénateur.

« Une ordonnance pour indemniser les salariés travaillant plus de 35 heures »

Et d’ajouter : « la croissance, il faudra aller la chercher. On perd deux milliards d’euros par jour et cette destruction de richesses va durer. Je ne pense pas qu’avant moins de 10 ans, on ne retrouvera pas le niveau de richesse actuelle ». Le sénateur propose des heures supplémentaires défiscalisées.

La proposition formulée par le sénateur Les Républicains semble avoir été entendue par le gouvernement car ce 22 avril, le média Capital.fr nous a appris que le ministère du Travail, a prévu, via une ordonnance, « de mieux indemniser les salariés travaillant plus de 35 heures par semaine ». Cette ordonnance, explique Capital.fr, entre dans le cadre d’une nouvelle révision pour le dispositif de chômage partiel.

Il convient de rappeler que dans le cadre de la loi d’urgence sanitaire, le Conseil des ministres avait adopté le 25 mars une série d’ordonnances parmi elles celle permettant de travailler jusqu’à 60 heures par semaine au lieu de 48 heures actuellement. Le dispositif avait été approuvé par  la confédération des petites et moyennes entreprises.