Émigration clandestine : l’Espagne renforce sa présence policière au Sénégal et rapatrie les migrants illégaux

En visite à Dakar ce dimanche 22 novembre, la ministre espagnole des Affaires étrangères, Arancha Gonzalez Laya, a annoncé une augmentation du nombre de policiers espagnols au Sénégal dans le cadre de la lutte contre l’émigration clandestine et le rapatriement sans délai des migrants entrés de manière illégale sur le territoire espagnol 

Face à l’arrivée massive de migrants sur son sol, l’Espagne, débordée, ne lésine plus sur les moyens pour procéder au rapatriement des clandestins. En tout cas, lors d’une rencontre qui s’est tenue ce dimanche à Dakar entre Arancha Gonzalez Laya, ministre espagnole des Affaires étrangères et son homologue Aissata Tall Sall, des décisions fortes ont été prises. Pour l’Espagne, les choses sont claires : les migrants arrivés sur son sol de manière illégale doivent retourner chez eux.

“Quiconque entre par voie illégale devra retourner dans son pays. En conséquence, que ceux qui veulent venir utilisent les voies légales”, a clairement martelé la chef de la diplomatie espagnole à Dakar. Et d’ajouter : “les portes de l’Espagne sont toujours ouvertes aux Sénégalais qui souhaiteront émigrer de manière légale et ordonnée”.

Lors de son séjour au Sénégal, la ministre espagnole des Affaires étrangères a annoncé des mesures fortes contre l’émigration clandestine, un phénomène qui a pris de l’ampleur ces dernières semaines. Parmi elles, une hausse de la présence policière espagnole au Sénégal. Le nombre de policiers en renfort n’a toutefois pas été précisé.

“Plus de 18 000 migrants sont entrés en Espagne cette année”

Lecourrier-du-soir.com a aussi appris dimanche 22 novembre de la presse espagnole que les deux gouvernements ont signé un accord qui permettra de protéger les travailleurs sénégalais résidant en Espagne de manière régulière. Ces derniers, dont le nombre est estimé à 70 000, pourront, en vertu de cet accord, continuer à bénéficier de leur Sécurité Sociale s’ils décident de rentrer au pays.

Il convient de rappeler que les conséquences drastiques de la pandémie à Coronavirus et la corruption systémique dans les pays d’où sont originaires les candidats à l’émigration clandestine ont largement participé à intensifier ce phénomène qui touche fortement les jeunes africains. Rien que pour l’année 2020, plus de 18 000 migrants sont entrés en Espagne de manière illégale