Etre Noir en Amérique (Une analyse de Sidy Touré)

0
334

(Une analyse de Sidy Touré)

L’Amérique, un pays de rêve, une très grande nation avec de très grands leaders de toute race bien évidemment comme G. Washington, R. Reagan, Roosevelt, J.F. Kennedy, Martin L. King, Malcom X de grandes personnalités noires issues du sport et de la culture tels que Michael Jackson, James Brown, Mohamed Ali, Jordan. Quand on parle de ce pays, on sous-entend, d’une part, les plus hauts standards dans le monde dans presque tous les domaines et d’autre part un pays catalyseurs de paradoxes. Parfois qualifié de «melting-pot», parfois d’un bol de salade (salad bowl) qui fait saillir ses différentes composantes. Il existe une Amérique blanche, une Amérique jaune, une Amérique noire et une Amérique marron.

Afro-Américain, ou gens de couleur, voilà comment la société américaine caractérise le Noir, étranger dans sa propre terre, à qui il est permanemment rappelé ses origines d’Afrique. Tout commence par cette discrimination langagière, cette violence verbale qui distingue l’Américain qui a ses racines en Afrique et celui venu d’Europe ou d’une autre partie du monde. Cette stigmatisation le suit partout, du jardin d’enfant à l’université, du début de la vie active à la retraite, bref du berceau au cercueil sous le couvert de statistiques ou de données officielles.

Le Noir de l’Amérique vit avec les plaies d’un passé qui, semble-il, refusent de se cicatriser et qui le maintiennent au bas niveau de l’échelle sociétale. S’il n’est pas un client du système carcéral qui ne lui pardonne même pas les pêchés les plus mineurs (fumer le chanvre indien par exemple), il est prisonnier d’un système très bien rôdé qui en fait au meilleur des cas un manœuvre à vie, obligé de vivoter de paie à paie. Ils est serveur de bars ou de restaurant, agent de sécurité, chauffeur de bus, de camion ou de train, éboueur, nettoyeur de bureaux ou de buildings administratifs, garde pénitencier dans un pays qui les a vus naître et grandir et qui offre les plus belles opportunités du monde.

Le Noir de l’Amérique, c’est l’enfant persécuté d’un système parrain d’une violence institutionnelle à grande échelle dont celle policière ne constitue que la partie visible de l’iceberg. Il subit aussi une violence scolaire dans des écoles et universités les moyens performantes, une violence sanitaire qui en fait un fidèle client des cliniques et hôpitaux puisqu’atteint de maladies chroniques, et une violence économique qui le retient dans la promiscuité avec des emplois précaires et qui lui nie même le droit à la retraite. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles, les Afro Américains sont grandement touchés par la Covid-19 puisque c’est eux qui font malheureusement la majorité de ce qu’on appelle diplomatiquement en Anglais «essential workers», autrement dit ceux qui tiennent les emplois les plus précaires, rémunérés souvent au taux minimum !

Cette violence systémique et systématique fait que l’enfant noir de l’Amérique démarre difficilement une existence tumultueuse en naissant monoparental ou orphelin. Il grandit dans le ghetto où la drogue, le sexe et la violence en générale font le ménage. À l’âge adulte, il trouve une séparation des couches et catégories socio-raciales éclatées à travers églises, écoles, collèges, universités, milieu de travail. Tout concourt à perpétuer cette persécution normalisée par tant d’années d’application dont les crimes de rue individuelles et institutionnelles sont les conséquences. En résulte que le Noir vit régulièrement dans une peur profonde de perdre la vie surtout au moment de l’adolescence où il est difficile de rejeter les invitations répétées d’une vie aux apparences luxueuses bien qu’éphémère.

Au finish, si l’Afro américain peut réussir à échapper à tous ces pièges tendus bien avant sa naissance principalement à travers la musique, le cinéma et le sport, il y a un danger permanent et imminent qui le guette toute sa vie durant. C’est cette violence policière qui a emporté George Floyd et embrase les États-Unis pendant maintenant une semaine.
C’est au problème de discrimination et de racisme envers sa minorité noire combattu par les Martin l. King, Rosa Park et bien d’autres que le pays doit apporter des solutions durables.

L’Amérique, quoi qu’il advienne, reste et restera une grande nation dans laquelle l’épanouissement individuel et le succès sont accessibles à beaucoup pourvu qu’on soit prêt à mettre le paquet. Quant aux Afro américains, ils doivent reconsidérer la valeur et l’importance qu’ils accordent à l’éducation et à l’école. C’est là une voie de salut pour s’assurer un rang plus honorifique dans cette société hautement compétitive et où la réussite est le résultat d’un combat âprement mené ! Barak Obama en est l’exemple parfait et c’est là aussi un modèle pour tout Afro américain.

SMT. Washington. USA
mailto:sitou25@ulaval.ca
Facebook Nafiguiya365
Youtube:Nafiguiya365.