Exclusif : la Suisse impose son véto et bloque une livraison d’armes lourdes vers l’Ukraine voulue par l’Allemagne

La Suisse vient de bloquer, par véto, une livraison d’armes lourdes vers l’Ukraine (par l’Etat allemand) au nom du principe de neutralité

La Suisse dit “nein” (non) à l’Allemagne. Dans cette guerre qui oppose la Russie à l’Ukraine, l’Europe a été sans nul doute l’une des plus grandes victimes, ce qui devrait susciter le fou rire de Vladimir Poutine qui, depuis Moscou, doit se délecter de voir les Européens se faire la guerre entre eux.

Visiblement, le sujet concernant le gaz russe ne serait pas la seule source de discorde entre pays membres de l’UE. La question de la militarisation de l’Ukraine, totalement assumée par les Etats-Unis, semble provoquer un profond malaise au sein de l’Union où certains n’hésitent désormais plus à bloquer toute livraison d’arme à destination de Kiev.

C’est du moins l’information obtenue par notre média ce 24 avril de plusieurs sources fiables. En effet, d’après le média américain Bloomberg, le gouvernement suisse a mis son véto sur le projet de livraison d’armes (fabriquées en Suisse) vers l’Ukraine par l’Etat allemand.

D’après les informations obtenues par le média américain qui cite le média allemand SonntagsZeitung, les autorités allemandes ont demandé à deux reprises à leurs homologues helvétiques de leur autoriser l’exportation de ces armes vers Kiev, mais ces derniers y ont opposé leur véto, soulignant qu’une telle démarche n’était pas en accord avec leur statut de pays neutre.

Lecourrier-du-soir.com a obtenu la confirmation de cette information par le média suisse SwissInfo.ch. En effet, à en croire cette source, les autorités allemandes se sont bien rapprochées de la Suisse pour obtenir l’aval de l’Etat suisse sur un sujet aussi sensible. Mais, Berne leur a opposé une fin de non-recevoir.

Expliquant cette neutralité tant chère à la Suisse, le média nous apprend qu’il s’agit d’un principe interdisant (à la Suisse) de livrer toute arme destinée à un pays en guerre ou impliqué militairement dans un conflit international. La source ajoute qu’en vertu de cette loi, toute livraison qui doit passer par un pays tiers doit impérativement obtenir l’aval du SECO (Suisse State Secretary of Economic Affairs).

Il faut dire que ce refus des autorités suisses risquent de plonger le gouvernement allemand dans une crise sans précédent. En effet, depuis le début de la guerre en Ukraine, l’Allemagne reste le seul Etat européen à n’avoir pas encore envoyé des armes à Kiev pour faire face à la menace russe. Une attitude qui lui valent de virulentes critiques de la part de ses détracteurs.