A deux ans de la présidentielle, un conseiller de Macron déjeune secrètement avec Maréchal Le Pen

0
626

L’un des plus anciens conseillers d’Emmanuel Macron à l’Elysée a secrètement déjeuné avec Marion Maréchal-Le Pen en octobre à Paris. Les deux ont confirmé une information révélée ce 27 décembre par Le Monde

Une rencontre qui pourrait faire très mal. A moins de deux ans d’une élection présidentielle cruciale pour la France, Emmanuel Macron est obsédé par l’extrême-droite, la seule force politique qui pourrait lui barrer la voie à un second mandat à la tête de la France. Pour éviter que ce scénario ne se produise, le président surveille de près chaque mouvance de droite, plus particulièrement la famille Le Pen.

Justement en parlant de cette famille, le journal Le Monde vient de faire une révélation explosive ce 27 décembre. En effet, d’après ce média, Bruno Roger-Petit, l’un des plus anciens conseillers d’Emmanuel Macron à l’Elysée a secrètement déjeuné avec Marion Maréchal Le Pen.

Toujours d’après cette source, les deux ont déjeuné dans une brasserie située à Montparnasse à Paris. Pour éviter les regards indiscrets, les deux personnalités politiques ont dû réserver dans le salon confidentiel de cette brasserie. Les deux ont pu s’entretenir jusqu’à 14 heures.

“Nous étions en désaccord”

Marion Maréchal et Bruno Roger-Petit ont confirmé la rencontre. “Bruno Roger-Petit est passé par un ami pour me proposer de me rencontrer. J’ai accepté : je ne refuse jamais de discuter par principe. Surtout que j’étais assez curieuse de connaître celui qui s’amusait à me traiter de nazie toutes les deux semaines quand j’étais députée”, a ironisé l’ex députée du Vaucluse.

De son côté, le conseiller d’Emmanuel Macron ne nie pas avoir déjeuné avec la nièce de Marine Le Pen mais explique qu’il voulait tout simplement savoir “ce qu’elle avait à dire et si elle était en résonance avec l’état de l’opinion”. Roger-Petit semble avoir été déçu. “J’ai dû constater que nous étions en désaccord. C’est un peu ce que Xavier Bertrand a fait quand il a rencontré Eric Zemmour”, se justifie-t-il.

“Macron de plus en plus inquiet de l’influence des idées de droite en France”

Il convient de souligner que l’obsession de Macron envers la droite dure ne se limite pas seulement à la politique. Sur le plan médiatique aussi, le plus jeune président de la Vème République est très inquiet de l’influence grandissante du magnat Vincent Bolloré dont le groupe Vivendi prend petit à petit le contrôle des plus grands médias de France où il impose une vision très à droite.

D’ailleurs, le milliardaire lorgne la radio Europe 1 qui pourrait tomber sous son contrôle sous peu. Une situation qui inquiète au plus haut sommet de l’Etat ayant poussé Macron à alerter son ami milliardaire Bernard Arnaud, l’un des plus importants actionnaires du groupe Lagardère.