France : en pleine crise sociale, le FLNC, mouvement nationaliste corse, reprend les armes

0
315

Le Front de Libération Nationale Corse (FLNC) a annoncé ce lundi 30 septembre dans une conférence de presse clandestine filmée avoir repris les armes. Le parquet antiterroriste s’est saisi de la vidéo

Le chemin de la terreur. L’opinion publique française a été cueillie à froid ce lundi après la diffusion d’une vidéo de propagande du FLNC (Front de Libération National Corse) dans laquelle il est question de la création d’un nouveau groupe. L’information a d’abord été donnée par Corse Matin qui confirme avoir été convié à la conférence de presse clandestine tenue par le groupe.

Dans un communiqué rendu public ce 1er octobre, le mouvement ne mâche pas ses mots. « Nous, patriotes corses, avons décidé de nous unir pour reconstituer le FLNC sur la base de son manifeste historique du 5 mai 1976. Nous appelons tous les Corses qui ont à cœur la survie de notre peuple à nous rejoindre dans la lutte d’indépendance ».

« Une série d’interdiction qui risquent de susciter une grosse politique »

Dans le communiqué intitulé « Sauver le Peuple Corse d’une disparition programmée », le FLNC met en pratique une série d’interdictions :

  1. Interdiction pour des non-Corses d’acheter des biens fonciers et immobiliers
  2. Incitation à remplacer les étrangers par des Corses dans tous les emplois
  3. Un quota pour la présence touristique. « Il ne doit pas dépasser le double de la population pendant les mois de grande affluence, soit au maximum 600 000 touristes »
  4. Grande Distribution. « Pour les structures existantes, il est demandé aux patronats et aux actionnaires de diminuer leurs dividendes et d’augmenter les salaires des employés »
  5. « Il est urgent d’assurer le contrôle par le peuple corse des compagnies maritimes qui desservaient la Corse »
  6. Langue et Culture. « L’apprentissage de la langue corse doit être rendue obligatoire de la maternelle au CM2 à raison d’une heure chaque jour ».


« Nous ne porterons jamais atteinte aux personnes »

Dans le communiqué, le FLNC déclare la guerre au Front National. « Conformément à l’engagement historique du FLNC, nous ne porterons jamais atteinte aux personnes, mais seulement aux biens. C’est pour avoir trahi cet engagement que des éléments issus de l’extrême droite française ont endeuillé des dizaines de familles de patriotes corses dans les années 90 et détruit le FLNC », s’agace le mouvement.

La résurgence du mouvement ne laisse pas indifférentes les autorités politiques françaises. En effet, Eric Bouillard, procureur de la République d’Ajaccio a annoncé ce mardi que le parquet national antiterroriste a été saisi. « Je vous confirme que le parquet national antiterroriste se saisit de cette vidéo. On a prêté beaucoup d’attention à cette action, le parquet de Paris prendra la suite », a-t-il fait savoir. Rappelons que le Front de Libération Nationale Corse avait annoncé avoir déposé les armes en 2014