France : en pleine pandémie, la dissolution du Conseil scientifique est enclenchée : sa mort est proche

Plus d’un an après le début de la pandémie à Coronavirus, l’avenir du Conseil scientifique est soulevé pour la première fois par les membres qui le composent. Ce vendredi 11 juin et samedi 12 juin, un séminaire est organisé par le même conseil pour décider de son sort 

Assiste-t-on à la disparition pure et simple du Conseil scientifique qui, depuis le début de la pandémie en 2020, a conseillé le président de la République sur les stratégies à mettre en place afin de juguler l’avancée du virus sur toute l’étendue du territoire national? Si la dissolution n’est pas encore actée, il se pourrait que ce soit une question de jour.

C’est en tout cas l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 11 juin de plusieurs sources, dont Europe 1. En effet, d’après ce média, le conseil scientifique se réunit ce vendredi 11 juin et samedi 12 juin pour un séminaire durant lequel sa continuité sera à l’ordre du jour.

“Les membres de l’instance se réunissent en séminaire vendredi et samedi pour évoquer la suite. Ils ne s’étaient pas retrouvés physiquement depuis octobre dernier et multipliaient les échanges à distance depuis huit mois, trois fois par semaine. L’enjeu du séminaire est de taille : plancher sur l’avenir du Conseil scientifique qui doit s’éteindre le 30 septembre., tel que le prévoit la loi relative à la gestion de la sortie de crise sanitaire”, renseigne Europe1. 

Ce séminaire se tient au moment où le Conseil scientifique est de moins en moins médiatisé, même si ces derniers jours, son président, Jean-François Delfraissy, a fait parler de lui après la révélation de ses échanges mails avec Anthony Fauci, M. Vaccin des Etats-Unis. Dans ses échanges, Delfraissy disait subir une forte pression politique au début de la pandémie sur la question liée à la chloroquine.

La dissolution du Conseil scientifique recevrait certainement un standing ovation de la part d’une large partie de la population française qui a, dès le début de la pandémie, remis en question son efficacité. D’ailleurs, pour beaucoup, notamment les inconditionnels de Didier Raoult, le Conseil est un organe plus politique que scientifique.