France : mobilisation spectaculaire en soutien à un maire poursuivi pour avoir interdit les pesticides

0
191

La convocation devant le tribunal de Rennes du maire de la commune de Langouët a suscité l’indignation de nombreux français. Le maire est poursuivi pour avoir pris un arrêté interdisant l’usage de pesticides près des habitations ou des locaux professionnels

Une mobilisation spectaculaire pour soutenir le maire de Langouët, village situé à une vingtaine de kilomètres de Rennes. Pour comprendre le pourquoi d’une telle mobilisation, un retour en arrière s’impose. En effet, tout a commencé en mai dernier lorsque Daniel Cueff, maire de la petite commune de Langouët, avait pris un arrêté interdisant l’usage de pesticides près des habitations ou locaux professionnels.

Dans une interview accordée à AFP, il disait ceci : « on n’a pas la preuve que les pesticides sont bons pour la santé, qu’il faut en boire tous les jours comme un verre de vitamines, donc on n’en veut pas ». L’arrêté du maire interdisait l’usage de pesticides à « une distance inférieure à 150 mètres de parcelle cadastrale comprenant un bâtiment à usage d’habitation ou professionnel ».

Le maire ajoutera : « il est légitime qu’un maire agisse face à une carence de l’Etat. Nous espérons faire bouger les lignes, faire évoluer la loi car nous ne voulons pas consommer des pesticides. On pense qu’il va y avoir pression pour faire retirer l’arrêté car s’il n’est pas passé, il fera jurisprudence ».

« Le maire convoqué devant le tribunal de Rennes ce 22 août »

Un mois plus tard, la guerre éclate. La préfecture de Bretagne demande au maire de retirer son arrêté interdisant l’usage de pesticides. Selon la préfète, Michelle Kirry, cet arrêté « paraît entaché d’illégalité ». « L’arrêté municipal du 18 mai 2019 portant l’interdiction d’utilisation de produits phytopharmaceutiques sur le territoire de Langouët paraît entaché d’illégalité », disait-elle en juin.

Selon la préfète, une telle interdiction ne peut être prise que par le ministre de l’Agriculture. Le maire avait deux mois pour retirer son arrêté au cas contraire la préfecture engagerait une procédure contentieuse devant le tribunal administratif. Le délai est arrivé à échéance. Le maire, n’ayant toujours pas retiré son arrêté, est convoqué devant le tribunal de Rennes ce 22 août.

« La mobilisation s’amplifie »

A peine annoncée, la convocation du maire suscite un tollé général et les soutiens sont nombreux. Ce samedi 17 août, des centaines de personnes se sont rassemblées devant la préfecture de Bretagne en soutien au maire. Le soutien va au-delà d’une simple mobilisation devant la préfecture. Sur les réseaux sociaux, la mobilisation a été très forte.

Ainsi, une pétition lancée sur le site de Change.org a dépassé les 42 000 signatures et sur twitter, plusieurs personnalités et associations de défense de l’environnement se sont prononcées sur cette convocation. « Le maire de Langouët a Entièrement raison. Dans quelques années, il sera reconnu comme un héros », a twitté Corinne Lepage, ex ministre de  l’environnement. Stéphane Gemmani, ancien élu de Grenoble, a aussi apporté son soutien au maire.