France : RFI et France 24 déclarent la guerre à Macron : “nos journalistes ne seront jamais au service de votre communication”

Dans un communiqué rendu public ce 02 septembre et intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com, la Société des Journalistes (SDJ) de la Radio France s’est durement attaquée à Emmanuel Macron qui, lors d’une rencontre avec les diplomates français ce 1er septembre, a demandé aux chaines RFI et France 24 de contourner le narratif des médias russes et chinois qui discréditent les actions politiques de la France en Afrique. Pour la RFI et France 24, de tels propos tenus par le chef de l’Etat français laissent croire que ce sont des médias qui reçoivent des ordres de l’Elysée 

La RFI et la chaîne France 24 déclarent la guerre à Emmanuel Macron. En pleine crise géopolitique marquée par l’influence grandissante de la Chine et de la Russie en Afrique, Emmanuel Macron appelle les Diplomates et les médias d’influence à contrecarrer Moscou et Pékin en faisant face à leurs narratifs anti-français. Une suggestion formulée le 1er septembre à l’Elysée qui passe mal car perçue par ces chaînes comme une ingérence.

Ainsi, dans un communiqué publié ce 02 septembre, la SDJ (Société des Journalistes de Radio France) s’est vertement attaquée au chef de l’Etat français. “Monsieur le président, si les rédactions de RFI, France 24 et Monte Carlo Doauliya s’emploient sans relâche et avec conscience à déconstruire les ‘narratifs’, à traquer les Fake News d’où qu’elles viennent, nos journalistes ne sont en aucun cas et ne seront jamais un outil au service de votre communication et de votre politique. Les antennes de FMM (France Médias Monde, ndlr) ne sont pas des ‘médias de l’Etat’ comme ceux existant dans les pays cités lors de votre discours face aux ambassadeurs”, précisent-ils.

Et de poursuivre : “la SJD et la RFI tiennent à vous rappeler que nous ne céderons jamais une once de notre indépendance, en quelque circonstance que ce soit. Nous ne sommes pas journalistes ‘à utiliser’. Là est notre ligne rouge”. La SDJ profite de son communiqué pour rappeler le gouvernement français à l’ordre.

“En ces temps incertains, où votre gouvernement a décidé de supprimer la redevance, où le deuxième mandat de notre PDG arrive à son terme, à une période où les contraintes budgétaires qui nous sont imposés rognent un peu plus nos conditions de travail, nous ne pouvons accepter de tels propos. Pire, ces phrases jettent soupçon et discrédit sur le travail de nos correspondants qui, aux quatre coins du monde, font face à une défiance grandissante. Ils sont une nouvelle fois mis en danger par un tel discours qui vient questionner leur indépendance”, conclut-elle.

Ci-dessous le communiqué dans sa version intégrale et originale