Soupçon de corruption : un proche de Wauquiez touche 9 000 euros par mois pour un poste à 4 000 euros par mois

0
302
Laurent Wauquiez

Le procureur de la République de Lyon a été saisi par l’association Anticor qui a découvert qu’Ange Sitbon, proche collaborateur de Laurent Wauquiez, touchait 9 000 euros par mois pour le poste de responsable de service, un poste pour lequel le salaire mensuel ne peut dépasser 4 000 euros 

Un coup dur pour Laurent Wauquiez, ex chef de file du parti Les Républicains. L’association Anticor vient de saisir le procureur de la République de Lyon pour dénoncer une pratique tout à fait illégale à laquelle un de ses collaborateurs, Ange Sitbon, a eu droit en bénéficiant d’une rémunération jugée “disproportionnée”.

En effet, Ange Sitbon touchait un salaire de 9 000 euros par mois en tant qu’agent contractuel. Le collaborateur, recruté en 2016, avait pour mission, selon France 3, “de coordonner des relations aux élus au sein de la délégation générale aux missions transversales et à la relation aux élus”.

“Il touchait deux fois plus qu’un agent à qualification égale”

Pourtant, sur ses fiches de paie, c’est l’intitulé “responsable de service” qui apparaît. “Un poste d’ordinaire attribué à un fonctionnaire”, indique le média. Autre élément qui n’est pas passé inaperçu est que les 9 000 euros perçus chaque mois par le collaborateur de Laurent Wauquiez représente deux fois plus que la moyenne des 97 responsables de service.

Alors, peut-on parler là de népotisme? En tout cas, pour l’organisation Anticor, il n’y aucun doute que les conditions de recrutement d’Ange Sitbon sont “anormales”. En effet, dans un communiqué publié sur son site, Lecourrier-du-soir.com a pu lire : “Anticor a signalé au procureur de la République, les conditions anormales de recrutement et de rémunération par la Région Rhône-Alpes de M. Ange SITBON, en qualité de directeur du service ‘relation aux élus et au territoire'”.

Et d’ajouter : “M. SITBON toucherait 9.000 euros nets de rémunération mensuelle, contre 4.000 euros pour un agent titulaire à qualification égale et de rang hiérarchique équivalent. Or, les agents contractuels ne peuvent avoir une rémunération supérieure à celle des agents de l’État à qualification et fonction équivalentes. La Cour des Comptes estime donc que cette rémunération est ‘disproportionnée'”.

Pour lire le communiqué d’Anticor, cliquez ici : Anticor