Guerre au Yémen : la Grande-Bretagne annonce qu’elle va recommencer à vendre des armes à l’Arabie Saoudite

0
309

La Grande-Bretagne a annoncé la reprise de ses ventes d’armes destinées à l’Arabie Saoudite et ce, malgré la crise humanitaire au Yémen

La Grande-Bretagne va reprendre ses armes à l’Arabie Saoudite malgré les violations de droits de l’Homme commises par le royaume dans sa guerre au Yémen. L’annonce de cette décision, relayée par plusieurs médias anglais, a été faite par Liz Trust, ministre du Commerce dans un communiqué intégralement lu par Lecourriier-du-soir.com.

La ministre du Commerce a en effet fait savoir que les ventes d’armes reprendront leurs droits lorsqu’une revue officielle aura conclu que les incidents notés au Yémen ne constituent une violation des droits de l’homme. Cette décision est annoncée une année après l’arrêt des ventes d’armes à l’Arabie Saoudite par la Grande-Bretagne.

“Nous allons explorer toutes les pistes pour défier cette décision”

Ce mardi, les militants britanniques opposés à la guerre au Yémen ont fait part de leur indignation. “Ces bombardements menés par l’Arabie Saoudite au Yémen ont créé la pire crise humanitaire au monde et le gouvernement a lui-même reconnu que des armes fabriquées par le Royaume-Uni ont joué un rôle clé dans ces bombardements. Nous allons explorer toutes les pistes possibles pour défier cette décision”, a menacé Andrew Smith, militant anti-guerre au Yémen.

D’après le média britannique The Guardian, la Grande-Bretagne reste le plus grand fournisseur d’armes au Royaume-Uni. Toujours selon la même source, ces cinq dernières années, les contrats de vente d’armes entre les deux pays ont été estimés à environ 15 milliards de livre.

Il convient de rappeler que la guerre au Yémen a commencé en 2015. Depuis cette date, les Nations-Unies ont comptabilisé plus de 7 000 morts civils et 60% d’entre eux ont été tués dans des bombardements. Des organisations de défense des droits de l’homme estiment que le chiffre est bien supérieur. Pour elles, plus de 12 000 personnes ont été tuées dans cette guerre qui, étrangement, attire très peu l’attention des médias internationaux.

Pour lire le communiqué du gouvernement britannique, cliquez ici : Communiqué