Immigration : Paris offre 100 000 euros à SOS Méditerranée, l’extrême-droite italienne en colère

0
300

Les relations entre l’Italie et la France redeviennent très tendues après l’annonce de la Mairie de Paris d’offrir 100 000 euros à l’ONG SOS Méditerranée et de remettre la médaille Grand Vermeil à deux capitaines du navire Sea Watch 3 qui ont sauvé plusieurs migrants ces derniers mois

Les relations entre l’Italie et la France ne sont plus au beau fixe. En effet, depuis l’arrivée massive de migrants sur le sol italien, le gouvernement de Mateo Salvini n’a cessé de blâmer la France qu’il accuse d’être à la l’origine de la crise migratoire en Europe en provoquant la guerre civile en Libye. Depuis les relations entre les deux pays sont devenues très tendues et la situation est loin de s’apaiser.

En effet, ces dernières heures, une décision prise par la commune de Paris d’offrir 100 000 euros à SOS Méditerranée et de remettre la médaille Grand Vermeil à Carola Rackete et Pia Klemp, capitaines du navire humanitaire Sea-Watch 3, provoque la grosse colère de l’extrême-droite italienne.

Dans un communiqué de presse, Paris a félicité deux « porteuses des valeurs européennes ». « Carola Rackete et Pia Klemp sont les emblèmes de ce combat, porteuses des valeurs européennes auxquelles la ville de Paris appelle une nouvelle fois notre continent à rester fidèle », précise le communiqué.

« 100 000 euros à SOS Méditerranée »

En plus des décorations, la mairie de Paris va verser une aide d’urgence de 100 000 euros à l’association SOS Méditerranée « pour une nouvelle mission de sauvetage en mer des migrants », nous apprend-on. « Malgré les nombreux empêchements juridiques, SOS méditerranée a décidé d’affréter un nouveau navire avec un nouvel équipage et une unité de soins d’urgence », ajoute la mairie de Paris.

Aussitôt annoncée, la nouvelle a suscité la colère de l’association d’extrême-droite italienne fratelli d’Italia. « Honte à la France. La commune de Paris remettra la médaille Grand Vermeil, la plus haute distinction de la capitale, aux capitanes du navire Sea Watch ‘pour avoir sauvé des migrants en mer’ poursuivis par une justice italienne. Une provocation inacceptable », a dénoncé le président de Fratelli d’Italia.

« Ce sont les Français qui exploitent l’Afrique »

Le président de l’association accuse la France d’être à l’origine du conflit en Libye. « Ce sont ces Français qui ont bombardé la Libye et qui encore aujourd’hui alimentent la guerre civile et vendent illégalement des armes à la Libye, ce sont ces Français qui exploitent et qui dominent l’Afrique, qui ferment leurs ports aux navires et aux ONGs », s’indigne-t-il.

Rappelons que ce n’est pas la première fois que l’Italie s’offusque de la politique migratoire de la France. En janvier dernier, Luigi Di Maio, vice-président du Conseil Italien, accusait la France de perpétrer sa politique coloniale en Afrique et de favoriser une immigration de masse d’Africains vers l’Europe.

« La France empêche le développement économique de l’Afrique »

« L’Union Européenne devrait imposer des sanctions contre la France et contre tous les pays comme la France qui appauvrissent l’Afrique et poussent ces gens à quitter leurs pays, car les Africains devraient rester en Afrique, et pas au fond de la méditerranée », avait-il déclaré lors d’une visite dans le centre d’Italie.

Et d’ajouter : « la France est un de ces pays qui, en frappant la monnaie de 14 pays africains, empêche leur développement économique et participe au fait que les réfugiés quittent leurs pays et ensuite meurent en mer en arrivant sur nos côtes. Si l’Europe veut être courageuse, elle doit avoir le courage de faire face à cette question de la décolonisation de l’Afrique ».