Joe Biden déclare la guerre à Poutine et accorde une aide militaire de 200 millions de dollars à l’Ukraine

Mais, que mijote Joe Biden en Europe de l’Est? Cette question a tout son sens dans un contexte de guerre diplomatique extrêmement tendue entre la Russie et l’Occident concernant l’Ukraine. En tout cas, dans ce conflit qui n’est que diplomatique pour l’instant, Washington se prépare au pire et entend prendre la défense de son allié ukrainien qui, selon les informations des services de renseignement américains, seraient à deux doigts d’être envahi par Moscou.

C’est dans ce contexte extrêmement houleux que l’administration Biden a annoncé ces dernières heures une aide financière de 200 millions de dollars pour permettre à Kiev de s’approvisionner en armes. C’est en tout cas l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 19 janvier du média américain, The Hill.

En effet, à en croire cette source, cette aide colossale avait été approuvée le mois dernier par l’administration Biden, mais a été confirmée mercredi 19 janvier au moment où Anthony Blinken, actuel secrétaire d’Etat américain, s’apprêtait à se rendre en Ukraine. The Hill cite une source très proche de l’administration Biden qui a aussi confirmé l’information à l’agence de presse, Reuters.

“Cette croisade sert à dissimuler leurs provocations”

Il convient de rappeler que les relations entre l’Occident et la Russie se sont fortement dégradées, ces dernières heures, sur fond d’une éventuelle invasion de l’Ukraine par Moscou, une thèse défendue par Joe Biden, président des Etats-Unis. En tout cas, en marge d’une conférence de presse, le successeur de Trump a ouvertement menacé la Russie qu’elle paiera un lourd tribut si elle attaque l’Ukraine.

Du côté russe, on balaie ces rumeurs d’un revers de main. “Les médias ukrainiens et occidentaux se sont intensivement lancés dans des rumeurs concernant une invasion de l’Ukraine par la Russie. C’est comme cela qu’ils le présentent. Nous sommes certains que cette croisade sert à dissimuler leurs provocations”, a déclaré ce jeudi Maria Zakharova, porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, lors d’une conférence de presse.