“La dette créée par le Coronavirus devrait être remboursée par les jeunes”, dit la Banque Centrale Européenne

0
484

Mario Draghi, patron de la Banque Centrale Européenne (BCE), a appelé les jeunes européens à se préparer à rembourser la dette créée par le Coronavirus

Les citoyens européens, notamment les jeunes, doivent se préparer à rembourser la dette engendrée par la pandémie à Coronavirus qui a poussé tous les Etats de l’UE à emprunter d’énormes sommes d’argent afin de sauver les entreprises dont la chute serait désastreuse pour leur économie.

Ces emprunts ne sont pas gratuits. C’est une dette qui doit, un jour ou l’autre, être remboursée, comme l’a si bien rappelé Mario Draghi, patron de la Banque Centrale Européenne lors de l’ouverture de “Meeting 2020” qui se tient à Rimini, en Italie. Dans la presse, on précise qu’il s’agit d’un festival catholique annuel dédié à la réflexion.

“Les jeunes doivent rembourser la dette”

S’adressant à son audience, le patron de la BCE n’a pas mâché ses mots. Les jeunes européens doivent désormais penser au remboursement de cette dette colossale. “La dette créée par la pandémie est sans précédent et devrait être remboursée principalement par les jeunes d’aujourd’hui”, a-t-il martelé.

Pour requinquer son audience, Mario Draghi n’hésite à pas évoquer la reconstruction de l’Europe. “Nous devrions nous inspirer de ceux qui étaient impliqués dans la reconstruction du monde, de l’Europe et de l’Italie après la Seconde Guerre Mondiale”, poursuit-il, avant d’en appeler à un “investissement massif des ressources intellectuelles et financières” à l’endroit des jeunes.

“Il est de notre devoir de leur donner les moyens d’assurer l’entretien de cette dette et de le faire tout en vivant dans des sociétés améliorées”, martèle Draghi. Et d’ajouter : “l’Europe peut sortir renforcée de cette crise”. Face à son audience, il n’a pas manqué de tancer les gouvernements européens qu’il accuse d’être “égoïstes”.

“Cela ne sera plus acceptable aujourd’hui”

“Pendant des années, une sorte d’égoïsme collectif a mené les gouvernements à détourner l’attention et les ressources vers des initiatives qui ont généré des retours politiques garantis et immédiats. Cela ne sera plus acceptable aujourd’hui”, prévient l’homme fort de la Banque Centrale Européenne. 

Il convient de souligner que la Banque Centrale Européenne n’est pas la seule institution européenne à avoir appelé les citoyens du continent à s’apprêter à rembourser la dette. En France, en avril dernier, en plein confinement, la Banque de France avait enjoint les citoyens français à faire pareil.

En effet, dans une interview accordée au JDD, François Villeroy de Galhau, PDG de la Banque, avait répondu en ces termes : “la France va sortir de ce choc avec une dette publique accrue d’au moins 15 points du PIB, à 115%. Durant la durée, il faudra le rembourser cet argent. Le retour de la croissance par notre travail y contribuera. Les précédents de l’histoire peuvent aussi conduire à cantonner la dette liée au coronavirus, pour ne la rembourser que dans plus longtemps”