La Mairie de Paris sous Anne Hidalgo : une dette colossale de 5,7 milliards d’euros en 6 ans

0
439

Un rapport mené par l’iFrap et publié ce 8 août pointe du doigt une dette abyssale de la Mairie de Paris sous Anne Hidalgo, une politique du logement qui favorise les inégalités sociales et une capitale française devenue, ces dernières années, un territoire dangereux où des gangs violents opèrent en toute impunité

La mairie de Paris est très endettée. C’est en tout cas ce qui ressort d’un rapport de 18 pages mené par l’iFRAP (Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques) publié ce 8 août et intitulé : « Paris, pour une organisation budgétaire et territoriale ».

Parlant de la dette abyssale de la Mairie de Paris sous Hidalgo, le rapport précise : « la dette est passée de 2,9 à 5,7 milliards d’euros entre 2012 et 2019 (soit 97% de hausse) ». Le rapport souligne une dette moyenne qui passe de 507 euros par habitant en 2001 à 2 835 euros en 2019. « La dette devrait atteindre 6,5 milliards d’euros en 2019 », alerte l’iFrap.

« La question du logement est le point noir de l’économie parisienne »

Le rapport ajoute : « à cette dette officielle s’ajoutent les engagements hors bilan, autrement dit les garanties d’emprunt pour 12,2 milliards d’euros à rembourser jusqu’en 2081, soit 63 ans. Il s’agit essentiellement d’HLM, on y compte aussi quelques associations caritatives ».

Dans le rapport, l’iFrap a insisté sur un point clé : le logement. Sur ce, il dira : « la question du logement est le point noir de l’économie parisienne ». En effet, l’iFrap déplore que les règles d’attribution de logements sociaux à Paris soient de plus en plus complexes et qu’elles soient basées sur un système de cotation des demandeurs qui privilégie la demande la plus paupérisée, ce qui, selon le rapport, renforce les inégalités sociales. « Le taux de pauvreté à Paris est de 16,2% contre 14,9% pour la France entière. Ces inégalités sont source de tensions dans les quartiers à forte densité de logements sociaux. »

L’autre sujet évoqué par le rapport est la sécurité. En effet, l’iFrap, qui comptabilise 250 rixes entre bandes depuis 2016, estime que la question de la sécurité à Paris est devenue une préoccupation majeure. Sur ce sujet, le rapport dénonce le laxisme des autorités face à la violence de plus en plus importante dans la capitale parisienne.

Pour lire le rapport dans sa version originale, cliquez ici : Rapport IFRAP