Les ravages de l’obligation vaccinale en France : aux Antilles, des milliers de soignants sont interdits d’exercer

Depuis l’entrée en vigueur de l’obligation vaccinale en France, des milliers de soignants ont été interdits d’exercer dans les DOM-TOM 

L’obligation vaccinale sera-t-elle maintenue pour le personnel soignant? Si pour l’heure, le gouvernement maintient le flou sur cette question extrêmement sensible, tout laisse à croire que les soignants seront contraints à prendre une dose de rappel (4ème dose) lorsque celle-ci sera imposée. Et celles et ceux qui refuseront d’obtempérer seront obligés de changer de métier.

C’est du moins ce que Lecourrier-du-soir.com a appris ce 13 mai du média antillais La1ère. En effet, à en croire cette source, les soignants seront bientôt soumis à une dose de rappel pour continuer à exercer. “Soumis à l’obligation vaccinale pour pouvoir exercer, les professionnels de santé vont devoir mettre à jour leur schéma vaccinal par l’injection d’une nouvelle dose. Faute d’injection, ils seront interdits d’exercer”, révèle le média.

Et d’ajouter : “si le gouvernement lève peu à peu les mesures sanitaires, comme le port du masque ou encore le pass vaccinal pour se rendre dans les lieux publics ou voyager, l’obligation vaccinale reste en vigueur pour les soignants”. Et les réfractaires risquent de le payer cher.

Ainsi, prenant le cas de La Réunion, la source qui cite l’ARS (Agence Régionale de Santé) nous apprend que 55 médecins y ont été interdits d’exercer en septembre dernier. Et ce n’est pas tout. Citant toujours la même source officielle, La1ère révèle que dans ce territoire d’Outre-Mer, entre 400 à 1 000 professionnels de santé étaient frappés d’interdiction d’exercer en septembre dernier.

Il faut dire que cette nouvelle tombe trois jours seulement après la révélation faite par le média Guadeloupe.Francantilles.fr qui, ces derniers jours, a fait état de plus de 50 ruptures conventionnelles et de plus de 1 000 suspensions de soignants non vaccinés en Guadeloupe.

En effet, d’après cette source qui cite AFP, l’obligation vaccinale a conduit à 54 ruptures conventionnelles et 1 150 suspensions en Guadeloupe. “En Guadeloupe, 54 personnes, dont le contrat de travail avait été suspendu en raison de leur refus de se faire vacciner contre le Covid-19, sont allées jusqu’à la rupture conventionnelle, a appris mardi 10 mai l’AFP auprès des autorités”, révèle la source.

La même information a été confirmée par le média antillais La1ère. “En Guadeloupe, sur les 17 500 personnes soumises à cette obligation vaccinale, 1 150 ont été suspendues, selon ce bilan des autorités”, renseigne cette source qui ajoute que 160 personnels ont demandé à bénéficier d’un accompagnement. Et en Guyane où l’obligation vaccinale avait suscité une vive polémique, 37 libéraux avaient été suspendus, comme l’a révélé en janvier dernier le média La1ère.

Il faut dire que le bras de fer très tendu entre les populations antillaises et l’Etat français sur la vaccination obligatoire a certainement été à l’origine de la cuisante défaite de Macron dans les DOM-TOM lors de la présidentielle française où il a été très sévèrement puni dans les urnes au 1er comme au 2nd tour.

Pour rappel, en France, le gouvernement n’a pas encore tranché sur la question de la levée de l’obligation vaccinale pour les soignants. Lors d’un point de presse tenu il y a deux jours en marge du Conseil des ministres, le ministre de la santé Olivier Véran avait fait savoir que la HAS (Haute Autorité de la Santé) sera saisie.