Macron déclare la guerre à l’entourage de Sarko : par décret, il exclut deux proches de Sarko de la Légion d’honneur

A moins d’une année de la présidentielle, Emmanuel Macron sort ses griffes pour neutraliser l’entourage nocif de Nicolas Sarkozy. Ainsi, dans un décret présidentiel publié ce 6 juillet, il déchoit deux proches de Sarko de la Légion d’honneur

Les proches de Sarkozy dans la tourmente au moment où leur leader, Nicolas Sarkozy, est dans le collimateur de la justice dans plusieurs affaires, notamment un supposé financement de sa campagne présidentielle de 2007 par la Libye et l’affaire dite “Bygmalion” liée à sa campagne présidentielle de 2012.

Désormais, ce sont des proches du président qui sont déchus d’un prestigieux titre : la Légion d’honneur. C’est du moins l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue de Capital.fr. D’après cette source, deux proches de l’ancien président, l’avocat Arnaud Claude et l’ex ambassadeur Boris Boillon ont été déchus de cette nomination.

Pourquoi? A cette question, le média français apporte une réponse. Arnaud Claude, très proche de l’ancien président de droite, paye son implication dans l’affaire Balkany. “En octobre 2019, la justice, qui lui reprochait d’avoir participé aux malversations de l’ex-maire de Levallois, l’a condamné à trois ans de prison avec sursis pour blanchiment de fraude fiscale. Frappé d’une interdiction définitive d’exercer la profession d’avocat, Arnaud Claude a passé le relais à son fils, Christofer, président de la société Realyze, dont Nicolas Sarkozy est toujours associé”, explique la source.

L’autre personnalité déchue de la Légion d’honneur est Boris Boillon. Ce dernier fut conseiller aux Affaires étrangères de Sarkozy au début de son quinquennat. Eminence grise de l’ex président français, Boris Boillon a été plus tard nommé ambassadeur de France en Irak et en Tunisie.

Que lui reproche la justice? Capital.fr explique : “en juillet 2017, il avait été définitivement condamné pour ‘blanchiment de fraude fiscale’ et ‘manquement à l’obligation déclarative de transfert de capitaux’ après son interpellation en possession de fortes sommes non-déclarées en espèces (350.000 euros et 40.000 dollars), gare du Nord”.

La source poursuit : “Boris Boillon a également été soupçonné d’avoir participé au présumé financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy. En octobre 2019, l’ex-ambassadeur avait été définitivement radié du Quai d’Orsay par décret du président de la République, Emmanuel Macron”.

Les proches de Sarko sont prévenus. Malgré sa grande amitié avec l’ex président, Emmanuel Macron a bien l’intention de les mettre hors d’état de nuire.