Début de la casse sociale en France : Macron confie la “Dette Covid” à Goldman Sachs, à la BCE et au Medef

0
471

Emmanuel Macron a choisi des personnalités du monde de la finance pour étudier l’état des finances publiques en France et se pencher sur le remboursement de la dette Covid. D’après Le Monde, la commission “Dette Covid” sera installée ce 4 décembre par Jean Castex et la composition de ses membres fera grincer des dents en France

Emmanuel Macron a toujours été très critiqué par ses détracteurs qui, avant et après son élection, l’ont qualifié de “fossoyeur” mandaté par l’Union Européenne et les riches pour entamer la casse sociale de la France. Trois ans après son arrivée au pouvoir, difficile de dire le contraire.

En effet, en pleine crise sanitaire, alors que la dette Covid-19 s’élève à 186 milliards d’euros et que la dette publique vient d’atteindre les 120% du PIB (plus de 2 350 milliards d’euros), le président banquier des affaires a décidé de constituer une commission pour étudier l’état des finances publiques très affaiblies par la pandémie à Coronavirus.

“Le Medef et le Goldman Sachs au chevet de la France”

L’idée n’est pas mauvaise. Cependant, les profils des personnalités qui composent cette commission risquent de susciter une vive inquiétude chez les Français. En effet, Lecourrier-du-soir.com a appris ce 4 décembre (date à laquelle la commission de la “dette Covid” doit être installée par le premier ministre) que des grandes personnalités proches du monde la finance y prendront part.

Parmi elles, figurent : Jean Arthuis, ancien ministre des Finances sous Chirac. D’ailleurs, Arthuis, qui a apporté son soutien sans faille à Macron lors de la présidentielle de 2017, présidera cette commission. Et il n’est pas le seul. Il y a aussi Laurence Parisot, ancienne patronne du Medef.

“Le monde de la finance pour sauver la France”

Le monde de la finance bien représentée. Parmi les membres de la commission, figurent aussi : Hélène Rey, professeure à la London Business School, Natacha Valla, ancienne fonctionnaire de la Banque Goldman Sachs et de la Banque Centrale Européenne, mais aussi Béatrice Werder, ancienne membre du Conseil allemand des experts économiques auprès de Gerhard Schröder et Angela Merkel et l’Autrichien Thomas Wieser, qui présida les réunions préparatoires de l’Eurogroupe après la crise des dettes souveraines.

D’après Le Monde, la commission aura pour mission de “proposer des scénarios” pour une nouvelle trajectoire des finances publiques, mais aussi de travailler sur les règles de gestion de la dette. “Jusqu’ici, l’hypothèse privilégiée était celle, proposée par le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, d’un « cantonnement » de la dette. Le principe : prolonger au-delà de 2033 la Cades, une structure chargée de l’apurer en utilisant la contribution au remboursement de la dette sociale, un prélèvement de 0,5 % s’appliquant à l’essentiel des revenus”, explique le média français.

D’après la même source, un rapport sera rendu public par la même commission fin février. Mais déjà, avec une telle équipe, les Français peuvent commencer à se serrer la ceinture. Des mesures d’austérité seront prises et les mois qui viennent seront extrêmement difficiles.