Macron recase ses amis : après Buzyn, il choisit Castaner pour présider le groupe LREM à l’Assemblée

0
709

Christophe Castaner, ancien ministre de l’Intérieur, est le candidat favori d’Emmanuel Macron à la présidence du groupe LREM à l’Assemblée Nationale. D’ailleurs, le journal Le Point révèle que ce mardi 25 août, il a été reçu à Matignon par Jean Castex avec qui il a petit-déjeuné, un privilège dont il est le seul candidat à bénéficier 

A un mois de la démission de Gilles Le Gendre de son poste de président du groupe La République En Marche à l’Assemblée Nationale, Christophe Castaner est sans aucun doute le candidat préféré d’Emmanuel Macron pour reprendre ce poste. Et les faits sont là pour le confirmer.

En effet, le journal Le Point vient de révéler ce 25 août que l’ancien ministre de l’Intérieur petit-déjeunera avec Jean Castex à Matignon alors qu’il est en pleine campagne pour succéder à Gilles Le Gendres. D’après Le Point, le soutien affiché de l’Elysée à Castaner ne fait plus de doute car ses deux autres rivaux, François de Rugy et Aurore Bergé, ne mettront pas les pieds à Matignon.

“Macron veut se réconcilier avec ses électeurs de gauche”

Toujours selon la source, l’élection de Castaner à la tête du groupe parlementaire de LREM est une bonne nouvelle pour l’Elysée car elle contredirait l’idée d’une droitisation de la majorité et permettrait à Macron de se réconcilier avec son aile gauche de plus en plus en colère suite à la nomination de Jean Castex, proche de Nicolas Sarkozy, à la tête du gouvernement.

Si Chistophe Castaner arrive à décrocher ce poste le 10 septembre, son élection pourrait provoquer une véritable polémique en France où beaucoup reprochent à Emmanuel Macron d’avoir du mal à se départir de l’ancien monde et de recaser ses proches qui ont essuyé des défaites cuisantes.

En effet, sauf changement de dernière minute, Agnès Buzyn, candidate malheureuse de LREM aux municipales, devrait prendre la tête de la prestigieuse Universcience. Une nomination dont l’annonce a déjà fait grincer des dents compte tenu de sa gestion calamiteuse de la crise sanitaire mais aussi de sa défaite cuisante aux élections municipales.