Magouilles à l’Assemblée : 57 députés, dont Ferrand, rémunèrent leurs remplaçants en tant que collaborateur

Une étude de l’Observatoire de la vie publique et parlementaire (OVPP), obtenue par Lecourrier-du-soir.com, a révélé ce 16 février que 57 députés rémunèrent leurs remplaçants en tant que collaborateur

L’Assemblée nationale est une nouvelle fois sur la sellette. En effet, plus de deux semaines après la révélation du média Lecourrier-du-soir.com concernant la hausse du train de vie des députés en pleine crise sanitaire passant ainsi de 18 950 euros à 21 700 euros, c’est une nouvelle affaire qui vient entacher la crédibilité de l’institution.

Il s’agit en effet de la rémunération des remplaçants en tant que collaborateurs. D’après une étude consultée par Lecourrier-du-soir.com et publiée ce 16 février, cette pratique est devenue monnaie courante et 57 députés, dont Richard Ferrand, y recourent sans gêne. D’après Le Monde, seul le parti communiste français échappe à cette indécence.

L’étude précise : “en ‘inspectant’ les fiches individuelles de chaque député sur le site de l’Assemblée nationale en janvier 2021, on trouve cinquante sept députés qui rémunèrent en tant qu’employeurs, leurs « suppléants », salariés de fait de celui ou celle qu’il peuvent remplacer… Par ailleurs, douze d’entre eux sont aussi élus locaux et rémunérés à ce titre : quatre conseillers départementaux, six maires et deux à la fois conseiller départemental et maire ! Parmi ces cinquante-sept députés (le dixième de l’Assemblée !)… le président de l’Assemblée nationale, Richard Ferrand, un vice-président, Marc Le Fur…”

La pratique n’est pas interdite. Mais, l’étude estime qu’elle peut poser problème. “Si rien n’interdit ce mode opératoire, beaucoup de questions interpellent, particulièrement l’une d’entre elles : la déclaration de remplaçant – et son apport bénéfique en logistique électorale – lors de la déclaration de candidature ne peut-elle pas faire l’objet d’une contrepartie d’échange contre un emploi salarié sur fonds publics ?  À d’autres questions qui peuvent semer le doute, vaudrait mieux, pour éviter tout soupçon de conflit d’intérêt ou de favoritisme, interdire à l’avenir purement et simplement ce type de recours, même si certains sont très certainement de bonne foi“, s’interroge l’Observatoire.

Dans son étude, l’Observatoire dénonce les choix très problématiques des remplaçants souvent issus de la même famille que le remplacé. Ainsi, en 2009, le sénateur Alain Le Vern épouse la députée Sandrine Hurel. En 2014, Hurel prend comme remplaçante la fille d’Alain Le Vern. Et le tour est joué. En gros, une affaire de famille quoi!

Pour lire l’étude dans sa version originale, cliquez ici : Etude Assemblée nationale

1 COMMENT