Mauvaise nouvelle pour Macron : son cabinet McKinsey, condamné pour fraude, vient de limoger son PDG

0
1050

Le cabinet privé McKinsey, recruté par l’Elysée, vient de limoger son patron, Kevin Sneader. Ce dernier est viré au moment où le cabinet traverse une crise sans précédent. Une crise qui coûtera cher à Emmanuel Macron qui a confié à McKinsey d’importantes missions 

Le cabinet de conseil tant prisé par Emmanuel Macron est-il au bord de l’effondrement? La question se pose au moment où McKinsey, puissant cabinet de conseil, traverse une véritable crise qui pourrait, dans un futur proche, lui coûter sa crédibilité. En tout cas, en France, il est loin de faire l’unanimité.

En effet, plusieurs médias américains dont The Hill ont révélé ce 24 février que le cabinet américain McKinsey a viré son PDG, Kevin Sneader, lors d’un vote interne. Son départ fait de lui le premier patron du groupe à n’avoir pas pu brigué un second mandat à la tête d’un cabinet de renommée internationale.

A l’origine du limogeage de Sneader : la récente condamnation de McKinsey à une amende de 573 millions de dollars pour son rôle dans la crise des opioïdes. D’après The Hill, peu après la condamnation, Kevin Sneader s’est adressé aux employés de l’entreprise à travers une lettre dans laquelle il a sévèrement critiqué la boîte qu’il accuse de n’avoir pas été à la hauteur dans la gestion de ce scandale.

Toujours selon la source qui cite le Wall Street Journal qui a été le premier média à révéler le limogeage de Kevin Sneader, le conseil d’administration n’a pas du tout apprécié sa missive qu’ils ont jugée d’ailleurs très sévère à l’endroit de l’entreprise. Mais, ce n’est pas tout car d’après le Wall Street Journal la collaboration entre McKinsey et des régimes totalitaires tels que le royaume saoudien n’ont pas été du goût de ses partenaires.

Il convient de souligner que ces deux derniers mois le cabinet privé McKinsey est sous le feu des critiques. Il est accusé d’être au cœur de la politique publique du gouvernement français mais aussi de se faire énormément d’argent sur le dos du contribuable. Sa récente condamnation aux Etats-Unis et ses contrats obtenus auprès de l’Etat français dans des circonstances assez opaques ont fini par lui ôter le peu de crédibilité dont il jouissait jusqu’ici. La question est celle de savoir jusqu’à quand il parviendra à tenir le coup.

D’ici là, la crise interne que traverse la boîte est une très mauvaise nouvelle pour Emmanuel Macron qui a beaucoup misé sur le cabinet dans sa gestion de la crise sanitaire.