Opérations militaires maritimes contre l’Iran : invitée par les Etats-Unis, l’Allemagne dit non

0
183

Le gouvernement allemand a décliné l’invitation des Etats-Unis de participer aux manœuvres militaires contre l’Iran. Une décision qui fâche Washington

L’Allemagne dit non aux Etats-Unis. Sollicitée par les autorités américaines pour participer aux manœuvres militaires qui se dérouleront au niveau du Détroit d’Ormuz, l’Allemagne a catégoriquement refusé de suivre les Etats-Unis qui, depuis quelques mois, brandissent la menace iranienne au Moyen-Orient.

« L’Allemagne ne prendra pas part à la mission maritime présentée et planifiée par les Etats-Unis. Il n’y a aucune solution militaire », a fait savoir Heiko Haas, ministre allemand des Affaires étrangères. D’après le média américain, The Bloomberg, pour qu’un déploiement allemand puisse avoir lieu, il doit y avoir un vote au parlement. Et pour le moment, tous les partis refusent ce déploiement.

« L’Allemagne, un mauvais allié »

La décision allemande de ne pas se joindre aux manœuvres maritimes américaines froisse Washington. Réagissant à cette décision, Richard Grenell, ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne, dit être déçu. « L’Allemagne est la plus grande puissance économique d’Europe. Ce succès apporte des responsabilités au niveau international. L’Amérique s’est beaucoup sacrifiée pour aider l’Allemagne à rester membre de l’Occident », a-t-il martelé.

La décision Allemande a été très mal vue du côté américain comme cela se reflète dans un édito publié par Washington Examiner. Dans son papier, le journaliste américain, Tom Rogan, n’y va pas de main morte. « En refusant de se joindre aux deux coalitions internationales pour sécuriser les navires civils au niveau du Détroit d’Ormuz, l’Allemagne, ce mercredi, a rappelé au monde qu’elle est un mauvais allié », a-t-il écrit.

« 500 soldats en Arabie Saoudite »

Rappelons que les Etats-Unis ont déployé il y a quelques semaines du matériel militaire pour protéger le Moyen-Orient contre une éventuelle « agression » de la part de l’Iran. Et l’administration Trump ne compte pas s’arrêter là. En effet, ce 18 juillet, la presse américaine a révélé que l’administration Trump était prête à déployer 500 soldats en Arabie Saoudite toujours dans le but de protéger ce pays, l’un de ses principaux alliés au Moyen-Orient, à faire face à l’Iran.

Il convient de rappeler que les relations entre les Etats-Unis et l’Iran ne sont plus au beau fixe depuis le retrait des Etats-Unis de l’Accord Nucléaire signé en 2015 entre les USA, l’Iran et 5 autres puissances étrangères. Le retrait annoncé en 2018 par Donald Trump a durci le ton des deux côtés.