Politisation de la mort de l’étranger Mamoudou Barry : l’attitude de la droite française est abominable

0
263

L’assassinat de Mamoudou Barry ou le crime parfait sur lequel la droite et l’extrême-droite se sont appuyées pour répandre une idéologie répugnante. Combien de personnalités de droite ont réagi ce dimanche 21 juillet exigeant de la justice française que toute la lumière soit faite sur la mort de l’universitaire Mamoudou Barry survenue ce vendredi 19 juillet à Rouen ? Ils ont été plusieurs dizaines.

Pour la première fois, la droite dure et l’extrême-droite (qui ont longtemps marché main dans la main exigeant des différents gouvernements français qu’ils renvoient vers leurs pays d’origine tous les étrangers, y compris les diplômés) volent en masse au secours d’un intellectuel noir dont la mort serait causée par un supporter algérien. Leur stratégie est déjà pestilentielle.

En effet, ce dimanche, des milliers d’internautes ont été surpris de voir tout d’un coup une droite réactionnaire, parfois ouvertement xénophobe, raciste et islamophobe, essaimer sur tous les réseaux sociaux interpellant le gouvernement sur la mort d’un doctorant africain tué par un arabe et accusant les médias d’étouffer un crime abject.

Détrompez-vous ! Quand vous voyez une certaine branche de la droite dure et de l’extrême-droite défendre en masse un intellectuel nègre en France, c’est qu’il y a anguille sous roche. Je rappelle que cette même droite a toujours ouvertement appelé à la déportation en masse de tous les intellectuels africains, quel que soit leur apport à la société française.

La droite et l’extrême-droite ont eu ce dimanche une occasion tant rêvée pour nous rabâcher une idéologie qu’ils ont défendu bec et ongles ces dernières années et selon laquelle le multiculturalisme est un leurre, il ne mène qu’à la guerre et que les jours du vivre-ensemble sont comptés en France. L’assassinat survenu ce 19 juillet était donc parfait pour que droite dure et extrême-droite sortent leur venin.

Ne perdons pas de vue un détail crucial. Mamoudou Barry était un intellectuel africain d’origine guinéenne et il aurait été tué par un supporter arabe d’origine algérienne. Dans ce scénario, tous les condiments sont réunis pour que la droite et l’extrême-droite en fassent une affaire politique et qu’elles remettent à nouveau en cause le bien-fondé de l’immigration qu’elles ont toujours combattue. Un intellectuel noir tué par un « voyou arabe », un tel crime ne pouvait pas passer inaperçu pour ces charognards.

Je salue certes les condamnations émanant de la droite. Toutefois, je me demande si la droite et l’extrême-droite, promptes à demander des comptes à l’Etat et aux médias sur la mort de Mamoudou Barry, auraient réagi de la sorte si l’intellectuel africain avait été tué dans une rixe avec un français blanc, dit « de souche ». J’en doute.

En effet, je tiens à rappeler qu’Adama Traoré, un jeune noir d’origine malienne mort dans un commissariat de France dans des conditions très floues, n’a jamais suscité la compassion de cette droite. Et quand elle réagit sur la mort d’Adama, elle le fait toujours pour dédouaner les forces de l’ordre.

Je rappelle aussi que cette même droite avait nourri les théories du complot les plus folles sur Mamadou Gassama, migrant malien qui avait sauvé un enfant suspendu dans le vide dans un immeuble parisien. Au moment où le monde entier saluait la  bravoure de Gassama, la droite et l’extrême-droite parlaient d’un complot ourdi par l’élite politique française pour légitimer les migrants en les présentant aux Français comme des héros.

Ainsi, voir du jour au lendemain cette même droite prendre d’assaut les réseaux sociaux exigeant que la justice soit faite sur la mort d’un intellectuel noir tué en raison de sa couleur de peau me paraît assez suspect. Mais, je ne me sens en aucun cas surpris par leur attitude, vu leur haine viscérale des arabes, et plus particulièrement des algériens.

Pour se rendre compte du degré d’hypocrisie qui anime ces  gens dont l’unique objectif est de diviser pour mieux régner, il serait bien de citer quelques uns de leurs twittes. Ce dimanche, les twittes n’étaient pas de simples condamnations. Derrière, il y avait une véritable volonté de politiser un meurtre abject en répandant une idéologie nauséabonde.

Pour Eric Régner, président de l’association Racine d’Avenir, le vivre-ensemble tant vanté par les élites politiques françaises est un échec. « Après avoir crié à l’ ‘extermination des Noirs’, des supporters algériens ont lynché et assassiné devant sa femme, Mamoudou Barry. Et Pendant ce temps, BHL, Attali et JMApathie font l’apologie du ‘vivre-ensemble’. Ça n’est plus tolérable », a-t-il réagi.

La famille du défunt n’a pas encore fini de pleurer la mort d’un des siens et voilà qu’un homme de la droite dure (ou d’extrême-droite) brandit déjà la menace du vivre-ensemble dans ce pays profitant honteusement de l’assassinat d’un noir dont l’auteur serait un algérien.

Le twitte qui n’a pas manqué de susciter de vives réactions sur les réseaux sociaux a été celui de Manon Bouquin, conseil national du Rassemblement National. Sa réaction à la mort de Mamoudou, qui ne pouvait passer inaperçue, mérite d’être retranscrite intégralement. « Lui était réellement une chance pour la France. Que votre âme repose en paix MamoudouBarry, et pardonnez à notre pays d’être si faible », a-t-elle twitté ce dimanche. Là, on a atteint le summum de la duplicité.

Si Mamoudou Barry était encore envie, cette dame oserait-elle dire que c’est une chance pour la France ? Je pose cette question, en tant qu’intellectuel noir vivant en France. En effet, nous sommes nombreux à nous faire humilier dans les préfectures françaises tous les ans où l’on nous refuse le renouvellement de nos titres de séjour, où l’on nous traite comme des petits esclaves en nous demandant de rentrer dans nos pays de merde alors que des entreprises françaises sont prêtes à nous embaucher.

Combien d’intellectuels noirs et arabes de haut niveau ont été expulsés (ou menacés d’expulsion) de la France entre 2011 et 2012 à cause de la Circulaire Guéant dont l’objectif était de leur interdire l’accès au marché du travail et de les expulser purement et simplement vers leurs pays d’origine ?

Ces gens-là étaient pourtant une chance pour la France mais comme par hasard, la droite et l’extrême-droite qui aujourd’hui pérorent sur la mort de Mamoudou Barry n’ont jamais volé à leur secours. Dans leur tête, seuls sont une chance pour la France les intellectuels noirs tués par des arabes sur le sol français.

Les masques sont tombés ce dimanche et la droite dure et l’extrême-droite nous ont montré leurs vrais visages. Je n’oserai pas dire que ce fut hier le bal des faux-cul mais nous n’en étions pas loin.  En effet, la mort de Mamoudou Barry a été instrumentalisée de manière infâme du début jusqu’à la fin par la droite dure et l’extrême-droite à des fins purement politiques, espérant ravir leur électorat.

Je rappelle qu’ils n’ont jamais voulu de la présence d’intellectuels noirs sur le sol français et ils ne le voudront jamais. Par contre, il leur fallait marquer un grand coup, toujours déguisés en « sauveurs de la République ». Ils sont en guerre contre l’Islam et les algériens en particulier depuis plusieurs années et ont trouvé hier en l’assassinat lâche de Mamoudou Barry une occasion en or pour déverser leur haine sur toute une communauté.

« Diviser pour mieux régner ». Tel est l’unique stratagème d’une droite dure et d’une extrême-droite qui ont besoin, pour exister, de jouer sur la peur des Français. Tantôt le noir est le danger, tantôt c’est l’arabe. Alors quand noirs et arabes se tapent dessus et s’entretuent, là ils sont aux anges.

Et je vous le dis sérieusement. Hier, ils ont eu leur heure de gloire et ils ont pleinement profité de cette immense occasion qui leur était offerte pour répandre une idéologie destructrice.