Poutine aux Occidentaux : « l’idée libérale est obsolète, elle est en guerre contre les peuples »

0
194

Depuis le Japon où il prend part au sommet du G20, Vladimir Poutine, président de la Russie, a été très dur contre l’idéologie libérale qui, selon lui, est obsolète et est en train d’être rejetée par les peuples

Vladimir Poutine assène ses quatre vérités à l’Occident. En effet, en marge du sommet du G20 qui se tient à Osaka au Japon, le président russe s’est adressé à un panel de journalistes sur plusieurs questions, notamment sur les valeurs libérales occidentales qui, selon lui, sont devenues obsolètes.

Dans l’interview, le président russe a sévèrement critiqué la politique migratoire d’Angela Merkel, chancelière allemande. « L’idée libérale présuppose que rien ne doit être fait. Les migrants peuvent tuer, piller et violer en toute impunité parce que leurs droits en tant que migrants doivent être protégés. Quels droits ont-ils ? Tout crime doit trouver une punition », dit Vladimir Poutine.

« L’idée libérale est obsolète »

« Donc, l’idée libérale est devenue obsolète. Elle est entrée en guerre avec les intérêts d’une écrasante majorité de la population (les peuples, ndlr) », explique-t-il. Dans l’interview accordée aux médias occidentaux depuis le Japon, le président russe s’est aussi prononcé sur la question de l’homosexualité en Russie.

Il assure que son pays n’est pas homophobe tout en précisant que la volonté occidentale d’embrasser l’homosexualité et la question des genres lui paraît exagérée. Pour Poutine, on ne peut se passer des valeurs traditionnelles. « Les valeurs traditionnelles sont plus stables et plus importantes pour des millions de personnes que cette idée libérale qui, selon moi, est en train de cesser d’exister », martèle-t-il.

Le président russe accuse aussi l’Occident de vouloir tuer l’église catholique. Vladimir Poutine a rencontré le président américain, Donald Trump, ce vendredi lors du sommet du G20 au Japon. Une première rencontre depuis la publication du rapport Mueller qui divise profondément la classe politique américaine.