Scandale d’Etat en France : les images de vidéosurveillance du Stade de France ont été détruites

Lors de son audition au Sénat ce 09 juin, Erwan Le Prévost, directeur des relations institutionnelles de la Fédération française de football (FFF), a déclenché un vif tollé en France, en révélant que les images de vidéosurveillance des incidents survenus au Stade de France (lors de la finale de Ligue des Champions) ont été détruites. Par qui? et pourquoi? Telles sont les questions que tout le monde se pose 

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, va-t-il être destitué de son poste? Le temps nous le dira. En tout cas, une chose est sûre : depuis le fiasco total de la finale de Ligue des Champions qui opposait, ce 28 mai, le Real Madrid au Liverpool, les nouveaux témoignages au Sénat mettent le gouvernement dans l’embarras.

Et ces dernières heures, c’est une nouvelle révélation qui vient de déclencher une vive polémique en France. En effet, d’après Le Monde qui cite Erwan Le Prévost, directeur des relations institutionnelles de la Fédération française de football (FFF), les images de vidéosurveillance ont été automatiquement détruites.

Dans une vidéo postée sur le compte Twitter du Sénat français, Erwan Le Prévost explique clairement les choses. “Les images sont disponibles pendant 7 jours. Au bout de 7 jours, elles sont automatiquement détruites et la seule façon, c’est qu’on aurait dû avoir une réquisition pour les fournir aux différentes populations”, a-t-il révélé.

Et d’ajouter : “en revanche, ce que je peux livrer, c’est le sentiment que Didier et moi-même avons eu en étant au PC de sécurité toute la journée. Les images sont extrêmement violentes”. Ce nouveau témoignage risque de coûter très cher à Gérald Darmanin à qui Macron a réitéré sa confiance en le maintenant à son poste de ministre de l’Intérieur.

Darmanin finira-t-il par être destitué à quelques jours des Législatives? Difficile de répondre à cette question pour l’heure. Mais, ce qui est sûr, c’est que le témoignage de Le Prévost a déclenché un vif tollé dans la classe politique française où les réactions, ce jeudi 09 juin, ont été nombreuses.

Pour Florian Philippot, chef de file du parti Les Patriotes, c’est un scandale. “Scandale inouï ! La FFF révèle devant le Sénat que “les images de vidéosurveillance du stade de France ont été automatiquement détruites” car la justice n’a pas fait de réquisition ! Ou comment détruire des preuves du mensonge d’État : insupportable !”, a-t-il réagi.

Et il ne fut pas le seul. Dans un twitte posté sur son compte officiel, François Asselineau, leader de l’UPR, s’est attaqué vertement à Emmanuel Macron et à son ministre de l’Intérieur qu’il accuse de “piétiner l’état de droit”. “CONCLUSION Il faut arrêter de se moquer des Français. Il y a 99% de probabilité que la destruction des vidéos du Stade de France ait été exigée en haut lieu pour entretenir les mensonges officiels et éviter de poursuivre les coupables. MACRON ET DARMANIN PIÉTINENT L’ÉTAT DE DROIT”, a-t-il dénoncé.