Scandale en France : un ministre de Macron n’a pas déclaré un montant de 130 000 euros placés sur son compte

0
725

Un ministre délégué du gouvernement d’Emmanuel Macron risque gros après avoir reconnu n’avoir pas déclaré une transaction qui a rapporté 130 000 euros. La Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique évoque des “faits susceptibles de caractériser une infraction pénale” et saisit la justice

Avant son élection à la tête de la France, Emmanuel Macron défendait bec et ongles la nécessité pour un chef d’Etat d’être entouré d’hommes politiques sans casier judiciaire. Il s’est d’ailleurs érigé en chantre de la vertu politique et fera de la “la moralisation de la vie publique” son crédo.

Pourtant, une fois à la tête de la France, son mandat a été secoué par de nombreuses affaires troublantes qui ont fini par écorner son intégrité. Ainsi, après l’Affaire Bennalla, suivie de l’Affaire De Rugy et désormais l’Affaire Blanquer, voilà que surgit brusquement une nouvelle affaire qui risque de ternir l’image de son gouvernement.

En effet, plusieurs médias dont France Info ont révélé ce mardi 24 novembre que les déclarations d’intérêt et de patrimoine d’un ministre de Macron attirent l’attention toute particulière de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique (HATVP). Le ministre en question n’est autre qu’Alain Griset, ministre délégué aux Petites et Moyennes Entreprises soupçonné d’un possible “abus de confiance”. Ce dernier a omis de déclarer l’argent issu de la vente d’une société.

Dans un communiqué publié par la HATVP sur son site et consulté par Lecourrier-du-soir.com, on pouvait lire : “la Haute Autorité a estimé que les manquements constatés dans les déclarations de situation patrimoniale et d’intérêts de Monsieur Alain Griset, ministre délégué chargé des petites et moyennes entreprises, portaient atteinte à leur caractère exhaustif, exact et sincère et révélaient d’autres faits susceptibles de caractériser une infraction pénale. En conséquence, la Haute Autorité a informé le procureur de la République en application de l’article 26 de la loi n° 2013-907 du 11 octobre 2013 et de l’article 40 du code de procédure pénale”.

L’affaire risque d’être assez sérieuse car d’après France Info qui dit avoir contacté le ministre, ce dernier a reconnu ne pas avoir déclaré à la HATVP une somme d’argent présente sur son PEA (Plan d’Epargne Actions) et issue de la vente d’une société par la Confédération nationale de l’artisanat et des services (CNAMS).

Alain Griset justifie la non déclaration de cet argent par le simple fait qu’il ne lui appartenait pas. “Il ne savait pas combien cet argent avait rapporté et ne savait donc pas quel montant déclarer”, explique France Info. D’après la même source, la transaction a rapporté 130 000 euros qui ont donc été placés sur son PEA pour le fructifier avec l’accord du bureau de la structure. “En tout, les 130 000 euros placés ont rapporté 19 200 euros de plus-value”, ajoute France Info.

Pour la HATVP, c’est de l’abus de confiance. Son dossier a été transmis à la justice.