Scandale en France : jugé proche de Didier Raoult, l’ex ministre Douste-Blazy sommé de quitter l’IHU de Marseille

D’après une information du JDD lue par Lecourrier-du-soir.com, Philippe Douste-Blazy, ancien ministre français de la Santé qui avait rejoint le Conseil d’administration de l’IHU de Marseille en 2016 a été sommé par François Crémieux, nouveau patron des Hôpitaux de Marseille, de démissionner du conseil d’administration. L’ex ministre est jugé proche de Didier Raoult

Philippe Douste-Blazy dans la tourmente. L’ex ministre français de la Santé qui avait apparu dans le célèbre documentaire “Hold-Up” est en train de vivre des moments difficiles, comme le rapporte le Journal du Dimanche dans un article publié ce 18 septembre.

En effet, d’après cette source, l’ex ministre français de la Santé qui avait rejoint le conseil d’administration de l’IHU de Marseille, à l’époque dirigé par Didier Raoult, est poussé vers la sortie par la direction des Hôpitaux de Marseille, aujourd’hui présidée par François Crémieux qui, dès son arrivée, n’a pas hésité une seule seconde à faire le ménage.

“Après un long bras de fer avec Didier Raoult sur sa mise en retraite (finalement actée le 31 août), le nouveau patron de l’AP-HM (Hôpitaux de Marseille), François Crémieux, réclame la démission de Philippe Douste-Blazy,  un proche du turbulent professeur marseillais. L’ex-ministre de la Santé, qui lui avait apporté son soutien au plus fort de la pandémie de Covid-19, avait été nommé en 2016 en tant que ‘personnalité qualifiée’, et bénévole, habilitée à siéger au conseil d’administration de l’IHU”, renseigne la source.

Mais, que reproche-t-on concrètement à Philippe Douste-Blazy? A en croire le Journal du Dimanche qui cite François Crémieux, l’ex ministre de la Santé a été “absent 15 fois lors des quinze derniers conseils d’administration”. A peine révélée, l’affaire suscite déjà de vives réactions en France où certains dénoncent une chasse aux sorcières.

“La chasse au Raoult est ouverte, même le perdreau Douste-Blazy prend du plomb : mais qu’ils sont minables !”, a réagi Gilbert Collard.