Scandale France : les députés n’iront plus à l’Assemblée, mais ils seront payés et l’Etat pourra adopter des décrets

Comme le veut une vieille tradition républicaine, les députés français cesseront de siéger à l’Assemblée nationale deux mois avant le premier tour de la présidentielle. Pendant ce temps, ils seront rémunérés et le gouvernement pourra adopter des règlements ou des décrets

Une vielle tradition républicaine ou un déni de démocratie? Allez savoir! En tout cas, au moment où de nombreux Français se plaignent du rôle de député dans ce pays, une révélation faite par le média RTL risque de susciter une vive polémique en pleine campagne présidentielle.

En effet, d’après cette source, les députés français, dont le mandat dure pourtant 5 ans, cesseront de siéger à l’Assemblée nationale dès le 27 février 2022. Sur ce, révèle RTL, “tel qu’il est indiqué dans le calendrier prévisionnel de l’Assemblée nationale, les députés cesseront leurs travaux deux mois avant le premier tour l’élection présidentielle. C’est une vieille tradition républicaine, qui n’est indiquée dans aucun texte mais qui s’applique chaque année”.

La source poursuit : “de mars à juin, il n’y aura donc pas de réunions de commissions ni de séances publiques au sein de l’hémicycle. Aucun texte de loi ne sera présenté ni voté. Le gouvernement pourra néanmoins toujours adopter des règlements ou des décrets”. Mais, les députés seront-ils rémunérés?

A cette question, RTL apporte une réponse claire et nette : “les députés seront rémunérés jusqu’à la fin de leur mandat, en juin 2022”. A en croire le média français, cette absence s’expliquer par le fait que le député devra, dès le mois de mars, “intervenir davantage dans sa circonscription auprès de ses administrés”. 

RTL de préciser : “la cessation des travaux à la fin du mois de février vise principalement à faciliter le bon déroulement des campagnes électorales. Les députés qui souhaitent se représenter pourront alors prendre le temps de faire campagne dans leurs propres circonscriptions. Déjà, à la fin de l’année 2021, de nombreux députés étaient absents de l’hémicycle pour commencer à préparer leur campagne”.