Sénégal : d’un coût de 1,3 milliards dollars, le premier Train Express Régional affole les médias du monde

Le Sénégal est sur la sellette. Et ce, 24 heures seulement après l’inauguration du premier Train Express Régional (TER) du pays. Un événement historique qui restera à jamais gravé dans les mémoires collectives et qui n’a pas manqué d’attiser la curiosité des médias du monde entier qui, ces dernières heures, ont consacré quelques lignes à une réalisation inédite qui pourrait clairement changé la donne en 2024, date à laquelle le Sénégal tiendra une deuxième élection présidentielle sous Macky Sall.

Ainsi, ce 28 décembre, plusieurs médias internationaux ont évoqué, dans leurs colonnes, la célébration d’un bijou susceptible d’attiser la jalousie des pays voisins. Si certains se sont focalisés sur le coût d’un projet faramineux qui divise très fortement l’opinion publique sénégalaise, d’autres ont tenu à saluer une noble initiative qui arrive à point nommé.

C’est le cas du média Courrier International dont le titre ne laisse personne indifférent : “après cinq ans de travaux, ‘enfin’ le train régional roule au Sénégal”, peut-on lire. “Il aura fallu cinq ans de travaux et plus de 780 milliards de francs CFA, soit plus d’un milliard d’euros, pour que soit enfin inauguré ce lundi 27 décembre sous l’égide du président sénégalais, Macky Sall, le Train express régional (TER)”, commente le média français.

Et le Courrier International ne fut pas le seul. La très prestigieuse agence de presse, Reuters, s’est, elle-aussi, penchée sur l’inauguration d’un moyen de transport qui, à l’heure actuelle, se trouve être le premier en Afrique de l’Ouest.  Ainsi, dans un article en ligne publié ce 27 décembre et intitulé “le train express régional sénégalais effectue son premier trajet en provenance de Dakar”, l’agence Reuters magnifie un projet dont le but est de moderniser le réseau ferroviaire national.

L’inauguration du premier TER d’Afrique de l’Ouest a aussi suscité la curiosité des médias basés dans les coins les plus reculés du continent. En tout cas, au pays des Massaï (Kenya), l’événement n’est pas passé inaperçu. “Le Sénégal étrenne son nouveau TER d’un coût de 1,3 milliards de dollars”, a titré le média kényan, TheStar.co.uk, ce 28 décembre.

Se prononçant sur la réalisation du projet, le média kenyan s’est permis de jeter des fleurs au régime en place en ces termes : “ce projet de TER, le premier depuis les indépendances en 1960, constitue une pierre angulaire dans le Plan Sénégal Emergent de Macky Sall qui inclut un nouvel aéroport, des routes, un palais des sports…”.

En Asie où le Sénégal entretient d’excellentes relations diplomatiques avec des Etats souverains, l’événement a attiré l’attention toute particulière de la presse locale. Ainsi, dans un article publié ce 28 novembre, le média indonésien, Jakarta Post, lui a accordé quelques lignes, soulignant la grosse colère des impactés. “Les politiciens se relaient pour magnifier la réduction des embouteillages à Dakar une fois que le TER se mettra en marche. Mais, des milliers d’impactés font part de leur ras-le-bol”, précise la source.