Tension au Moyen-Orient : l’Iran accuse Israël d’avoir fait assassiner le général Soleimani

0
499

Deux jours après l’assassinat de Qassen Soleimani, haut-général de l’armée iranienne, l’Iran pointe du doigt Israël qu’il accuse d’être derrière cet acte commandité par Donald Trump depuis la Maison Blanche

Quelques heures après la mort du général Soleimani, dont l’assassinat a été commandité par les Etats-Unis, l’Iran ne décolère pas. En effet, après avoir menacé de représailles, Téhéran se tourne vers Israël qu’il accuse d’être derrière l’assassinat du numéro 2 du régime survenu ce vendredi en Irak quelques heures après l’assaut de l’ambassade des Etats-Unis par des groupes d’individus à Baghdad.

« Israël ne devrait pas penser qu’il pourrait maintenant se cacher, parce que le doigt de l’Iran pointe vers Israël », a déclaré Mohsen Rezaee, ex chef de la Garde Révolutionnaire Iranienne, dans une allocution ce vendredi. Dans son discours, il s’est moqué du manque d’expérience de Trump en matière de guerre.

« Le Moyen-Orient est en ébullition »

« L’Histoire a prouvé qu’il n’est pas assez compétent pour mener une guerre depuis le début. Trump se rendra bientôt compte de la dangerosité de son action. Qassen Soleimani était un fils de l’Iran et il n’y a aucune ville, ni aucun village qui ne le pleure », ajoute Mohsen Razaee. Dans son discours, l’ex chef de la Garde Révolutionnaire Iranienne a fait savoir que l’Iran fera tout pour booter les forces américaines hors de la région.

Son appel semble avoir été entendu car ce dimanche, le média iranien Tehran Times nous a appris que 170 députés iraniens ont signé une résolution exigeant du gouvernement iranien qu’il fasse expulser les troupes américaines de l’Irak. Il ne reste plus que 150 signatures pour que la résolution soit approuvée, à en croire Tehran Times.

L’assassinat de Soleimani risque d’attiser les tensions au Moyen-Orient où le Hezbollah libanais et le Hamas n’écartent pas de recourir à des représailles. En tout cas, du côté du Hezbollah, la colère est montée d’un cran comme le témoigne les propos d’Hassan Nasrallah dans une allocution en direct ce dimanche. « Si ce genre d’assassinat reste impuni, la région sera violée par les Américains et les Israéliens », a-t-il lancé devant des milliers de sympathisants du mouvement.