Tension dans le Golfe : les Etats-Unis envisagent de déployer 120 000 soldats contre l’Iran

0
218

Les Etats-Unis envisagent de déployer 120 000 troupes au Moyen-Orient pour contrer la menace iranienne dans la région

Les Etats-Unis ne lâchent rien dans leur volonté de soumettre l’Iran. En effet, une semaine après l’annonce d’un déploiement militaire impressionnant au Moyen-Orient pour contrer l’Iran, le gouvernement américain hausse le ton et promet cette fois-ci de déployer des hommes sur le terrain.

C’est en tout cas ce que révélé The New York Times qui nous a appris ce mardi 14 mai que l’administration Trump prévoit de déployer 120 000 soldats au Moyen-Orient si jamais l’Iran ose s’attaquer à ses soldats ou s’il accélère son programme nucléaire. D’après le New York Times, la décision a été prise par l’aile radicale de la Maison Blanche dirigée par John Bolton, conseiller de Trump à la sécurité nationale des Etats-Unis.

« Une réponse impitoyable »

Cette révélation du New York Times intervient dans un contexte très tendu entre l’Iran et les Etats-Unis. En effet, ce 6 mai, John Bolton avait confirmé le déploiement de matériels militaires au Moyen-Orient. « Les Etats-Unis déploient leur porte-avion USS Abraham Lincoln ainsi qu’une force de commandement central américain dans le but d’envoyer un message clair et sans équivoque au régime iranien », disait-il.

John Bolton avait promis une réponse impitoyable en cas d’attaque. « Toute attaque contre les Etats-Unis ou contre ses alliés trouvera une réponse impitoyable. Les Etats-Unis ne cherchent pas la guerre avec le régime iranien, mais nous sommes pleinement prêts à toute attaque, que ce soit une attaque préventive à travers la garde nationale ou à travers les forces régulières », prévenait Bolton.

« Les experts tirent la sonnette d’alarme »

La confrontation jusque-là verbale entre les Etats-Unis et l’Iran est d’autant plus inquiétante qu’il y a deux semaines, l’administration Trump avait inscrit la garde révolutionnaire iranienne sur la liste des organisations terroristes et que ce dimanche l’Arabie Saoudite, allié des Etats-Unis, a dénoncé l’attaque qui a visé ses deux pétroliers au large des côtes de Fujairah.

L’attitude belliqueuse de Trump face à l’Iran suscite inquiétude. Dans un édito publié ce 14 mai par USA Today, Chris Murphy et Jim Himes ont tiré la sonnette d’alarme. « Bolton, Pompeo et leurs alliés éprouvent une haine viscérale envers l’Iran et se nourrissent d’une croyance dangereuse selon laquelle si le régime iranien peut être détruit par l’armée américaine, il sera remplacé par un autre régime à notre goût », écrivent-ils.