Terrible nouvelle pour Macron : le cabinet, Capgemini, aurait bénéficié d’un cadeau fiscal de 13,4 millions d’euros

A deux semaines de la présidentielle, la Macronie est dans de beaux draps. En tout cas, l’Affaire McKinsey qui a largement secoué la classe politique ces derniers jours semblent ne pas encore connaître une fin. Car, plus les jours passent, plus la presse en remet une couche sur une affaire devenue un véritable scandale d’Etat.

Ainsi, après Médiapart et Off-Investigation, c’est lé média Libération qui fait, ce 01 avril, une révélation de taille et ce n’est pas un poisson d’avril. En effet, dans un article réservé aux abonnés et intégralement lu par Lecourrier-du-soir.com, le média français révèle que le cabinet de conseil, Capgemini, a bénéficié d’une jolie ristourne de 13,4 millions d’euros ne lui laissant que 3,9 millions à régler alors qu’un redressement de 17,3 millions d’euros devait lui être infligé.

“Capgemini, un cabinet français mais aux activités mondiales, est lui aussi concerné par un sujet délicat concernant son imposition. Selon nos informations, un contrôle fiscal du groupe démarré en 2017 a abouti à des questions embarrassantes”, révèle Libération ce 01 avril.

Et d’ajouter : “après avoir enquêté sur cette filiale de Capgemini, les services fiscaux ont décrété qu’un régime fiscal «privilégié» – le mot est ainsi repris dans le document annuel 2020 du groupe – lui était appliqué par les autorités luxembourgeoises et qu’un redressement devait lui être infligé en France en conséquence. Un premier calcul établirait ainsi à quelque 17,3 millions d’euros la facture fiscale totale pour les années 2009 à 2016, concernant l’activité de réassurance. Mais Capgemini est monté au créneau, et la note aurait chuté à 3,9 millions avec l’abandon des rectifications pour les années entre 2009 et 2014 : soit un cadeau de 13,4 millions d’euros.”

Parlant de la popularité de Capgemini auprès du gouvernement français, Libération nous apprend que ce cabinet de conseil n’a rien à envier à McKinsey, car il aurait décroché entre 2018 et 2021 quelques 7,6 millions d’euros de contrats divers et variés à Bercy. Il convient de rappeler que les largesses dont ont bénéficié les cabinets de conseil, en France, ont subitement déclenché un énorme scandale politique dans ce pays. Et ce, à seulement quelques semaines de la présidentielle.

Face à l’ampleur de l’affaire, l’Etat tente d’éteindre l’incendie. L’Affaire McKinsey finira-t-il par faire tomber Macron? La question se pose et l’avenir nous en dira un peu plus.

Pour lire l’article de Libération réservé à ses abonné, cliquez ici : Libération