Terrible nouvelle pour Macron : le Parquet National Financier “envisage” de déclencher une enquête sur McKinsey

Emmanuel Macron, Président de la France

D’après Marianne, le Parquet National Financier (PNF) étudie l’hypothèse d’ouvrir une enquête sur l’affaire McKinsey

Le spectre “Fillon” plane sur la présidentielle 2022. Rappelons qu’il y a 5 ans, en 2017, à la veille de l’élection présidentielle en France, un gros scandale financier sur fond d’emploi fictif avait terrassé les chances de François Fillon, alors candidat du parti Les Républicains, de remporter la présidentielle. La suite, nous la connaissons. Malgré le maintien de sa candidature, Fillon, jouissant pourtant d’une forte popularité à Droite, avait été éliminé dès le 1er tour.

Cinq ans plus tard, la question se pose : Emmanuel Macron risque-t-il de subir le même sort? Difficile, pour l’heure, de répondre à cette question. Mais, une chose est sûre : l’affaire McKinsey et les énormes rémunérations dont ont bénéficié des cabinets privés sous son mandat n’en finissent pas d’alimenter la chronique au point de déclencher une éventuelle entrée en action du très redoutable PNF (Parquet National Financier) dont Fillon se souviendra pour le reste de sa vie.

En tout cas, c’est l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue ce 04 avril. En effet, d’après les informations du média Marianne, le parquet national financier étudie l’éventualité d’ouvrir une enquête visant le cabinet de conseil McKinsey, jugé proche d’Emmanuel Macron.

“Selon nos sources, le parquet national financier étudie l’éventualité d’une enquête préliminaire visant le cabinet de conseils McKinsey. Un sujet à hauts risques en pleine présidentielle puisque la société américaine, dont des cadres ont travaillé pour la campagne de 2017 du candidat Macron, a vu ses prestations exploser sous le quinquennat actuel…”, renseigne Marianne.

Et d’ajouter : “quoi qu’il en soit, la ‘réflexion’ du PNF sur le cas McKinsey a débuté le 16 mars dernier avec la publication du rapport du Sénat. Le cas de figure juridique sur lequel semble butter le parquet national financier est pourtant simple et rebattu. ‘En matière fiscale, le parquet est bloqué par le verrou de Bercy, puisque seul le fisc peut engager les poursuites pour fraude fiscale. Mais le PNF peut toujours lancer une enquête pour blanchiment de fraude fiscale’, décode un magistrat spécialisé.”

D’après Marianne, le Parquet National Financier dispose de deux options dans ce scandale au relent d’affaire d’Etat. La première : le parquet peut décider d’attendre le résultat des courses de l’enquête déclenchée, en décembre dernier, après les révélations de la Commission d’enquête. La deuxième option (qui serait désastreuse pour le pouvoir en place) est que le PNF enclenche, dès à présent, des enquêtes pour “blanchiment d’argent”.

Il convient de rappeler que l’Affaire McKinsey qui a récemment provoqué un tollé en France à la suite d’un rapport du Sénat, dressant les rémunérations colossales dont le cabinet de conseil américain a bénéficié ces dernières années, en se substituant carrément aux fonctionnaires d’Etat.

Et ce n’est pas tout. Tout récemment, une révélation faite par Libération faisait état d’un cadeau fiscal de plus de 13 millions d’euros dont aurait bénéficié un autre cabinet privé, connu sous le nom de Capgemini.