France : 20 généraux de l’Armée publient une tribune et font planer le risque d’un coup d’Etat militaire

Dans un contexte politico-social extrêmement tendu, 20 généraux de l’armée française publient une tribune dans Valeurs Actuelles dénonçant un délitement qui frappe la France et faisant ainsi planer le doute sur un éventuel coup d’Etat militaire pour renverser Emmanuel Macron

Le bruit des bottes se fait entendre à un an d’une présidentielle cruciale pour la France. En effet, tout part d’une tribune publiée il y a deux jours par le média d’extrême-droite Valeurs Actuelles. Dans la tribune intégralement lue par la rédaction du média Lecourrier-du-soir, un groupe d’ex militaires haut gradés de l’armée française dresse un bilan extrêmement sombre sur l’avenir de la France.

Le diagnostic est sans appel. “L’heure est grave, la France est en péril, plusieurs dangers mortels la menacent. Nous qui, même à la retraite, restons des soldats de France, ne pouvons, dans les circonstances actuelles, demeurer indifférents au sort de notre beau pays”, s’alarment-ils.

Et de poursuivre : “nos drapeaux tricolores ne sont pas simplement un morceau d’étoffe, ils symbolisent la tradition, à travers les âges, de ceux qui, quelles que soient leurs couleurs de peau ou leurs confessions, ont servi la France et ont donné leur vie pour elle. Sur ces drapeaux, nous trouvons en lettres d’or les mots ‘Honneur et Patrie’. Or, notre honneur aujourd’hui tient dans la dénonciation du délitement qui frappe notre patrie.”

Après avoir décelé ce qui leur semble être les maux dont souffre la France d’aujourd’hui, les militaires concluent sur un ton non moins belliqueux. “(…) Si rien n’est entrepris, le laxisme continuera à se répandre inexorablement dans la société, provoquant au final une explosion et l’intervention de nos camarades d’active dans une mission périlleuse de protection de nos valeurs civilisationnelles et de sauvegarde de nos compatriotes sur le territoire national. On le voit, il n’est plus temps de tergiverser, sinon, demain la guerre civile mettra un terme à ce chaos croissant, et les morts, dont vous porterez la responsabilité, se compteront par milliers.”

A peine publiée, la tribune est largement partagée sur les réseaux sociaux et suscite une vive indignation au sein de la classe politique française, notamment à gauche. Jean-Luc Mélenchon, chef de file de la France Insoumise, ne cache pas son inquiétude. “Il est plus que temps de réagir”, a-t-il déclaré.

Du côté du Rassemblement National, on s’en félicite. D’ailleurs, réagissant à la tribune des militaires, Marine Le Pen ne mâche pas ses mots. “Votre initiative, rare dans l’institution militaire, témoigne du degré d’inquiétude qui est le vôtre face à la dégradation préoccupante de la situation de notre pays. (…) Avec le courage de ceux qui ont voué leur vie à la Patrie, vous mettez assez directement en cause nos dirigeants dont vous ciblez, très légitimement, la responsabilité. Comme citoyenne et comme femme politique, je souscris à vos analyses et partage votre affliction, comme vous, je crois qu’il est du devoir de tous les patriotes français, d’où qu’ils viennent, de se lever pour le redressement et même, disons-le, le salut du pays”, écrit-elle dans une tribune adressée à Valeurs Actuelles.

Si Emmanuel Macron n’a pas voulu se prononcer sur cette tribune des militaires, des ministres de son gouvernement n’ont pas voulu rester indifférents. Ils ont intérêt à réagir car ne pas le faire donnerait le sentiment qu’ils approuvent le diagnostic très pessimiste fait par les hauts gradés de l’armée.

Ainsi, face à la polémique, Florence Parly, ministre des Forces armées, a tenté de calmer les esprits. Dans un twitte posté sur son compte personnel, elle dénonce une tribune “irresponsable”: “précisons que Madame Le Pen joue sur une confusion qui l’arrange : la tribune irresponsable publiée dans Valeurs Actuelles est uniquement signée par des militaires à la retraite, qui n’ont plus aucune fonction dans nos armées et ne représentent qu’eux-mêmes”.

Florence Parly n’est pas la seule ministre du gouvernement à s’indigner. La ministre déléguée chargée de l’industrie, Agnès Pannier-Runacher, a également condamné la tribune, parlant d’un “quarteron de généraux en charentaise”. “Je trouve que c’est une insulte pour l’armée, pour les valeurs qu’elle porte”, s’insurge-t-elle dans une interview accordée à France TV Info.

La réaction des membres du gouvernement est donc faite, même si, jusqu’ici, Macron et son premier ministre se murent dans un silence absolu, certainement de peur de donner une importance à un groupe de militaires retraités en quête de notoriété.

En tout cas, c’est étrange de constater que depuis un certain temps, le média d’extrême-droite Valeurs Actuelles s’empresse à accorder des tribunes à des personnalités très proches de l’armée parmi lesquelles le général De Villiers. Un coup d’Etat militaire est-il en train de se tramer? Telle est la question que se posent des milliers de citoyens à quelques mois d’une présidentielle critique pour le pouvoir en place.

Une chose est sûre : un bruit des bottes se fait entendre et si rien n’est fait pour anticiper, demain, le pouvoir sera militaire.