Frais de repas à 15 000 euros, nuits d’hôtel à 2 500 euros : un député LREM fera face au juge

1
1839

Le député LREM, Mustapha Laabid, sera jugé devant le tribunal correctionnel de Rennes pour « abus de confiance »

Un député LREM devant la justice. Mustapha Laabid, député LREM pour la circonscription d’IIIe-et-Vilaine, s’est présenté devant un juge ce lundi 3 juin. L’homme est poursuivi pour « abus de confiance ». Il est en effet soupçonné d’avoir détourné de l’argent de l’association d’aide à l’insertion Collectif Intermède dont il a été le président jusqu’en 2017.

D’après le journal 20 minutes qui révèle l’information, l’affaire porte sur plusieurs milliers d’euros. En effet, le média parle d’au moins de 21 930,54 euros. Pendant tout le temps où il a présidé cette association, le train de vie du député LREM a été extrêmement élevé. Mustapha Laabid vivait dans un luxe absolu.

15 000 euros dépensés dans des restaurants, 2 800 euros de frais de téléphone et des nuits d’hôtel pour un montant de 2 350 euros. Et ce n’est pas tout. Quand il fait ses courses, Mustapha Laabid dépense sans compter : il déboursait plus de 1 300 euros dans l’achat de vêtements, de l’essence…D’après Europe 1, les faits auraient été commis entre Rennes, Paris et Marrakech entre 2015 et 2017.

« Mon client n’a rien commis de malhonnête »

Malgré tout, son avocat le défend. Pour maître Pineau, Laabid n’a commis rien de malhonnête. « Il attend cette échéance avec sérénité car il estime qu’il n’a rien commis de malhonnête. Il ne s’est d’ailleurs jamais retranché derrière son immunité parlementaire. (…) Mon client n’a jamais eu l’intention de s’approprier les deniers de l’association à des fins personnelles », dit-il.

Pour rappel, les poursuites qui visent le député LREM avaient déjà été évoquées par la presse en février dernier. En effet, à cette date, LCI avait fait état d’une enquête ouverte en 2017 suite à un signalement de Tracfin, service national placé sous l’autorité du ministère de l’Action et des Comptes Publics dont la mission consiste à lutter contre le blanchiment de capitaux.

 

 

 

 

1 COMMENT