Hausse du temps de travail, jour férié supprimé, moins de RTT : l’Institut Montaigne prépare les Français

0
1236

Pour relancer l’économie de la France, l’Institut Montaigne semble disposer de 9 solutions, mais des solutions qui risquent de susciter une vive polémique, voire un violent rejet au sein de la population en pleine crie financière. Ainsi, dans un document publié ce mardi et dont une copie a été obtenue par Lecourrier-du-soir.com, neuf propositions ont été formulées pour sortir de la crise.

Proposition 1 : l’institut propose que l’employeur puisse, à titre temporaire, (par exemple jusqu’en 2022) d’imposer le rachat de jours de RTT pour les salariés au forfait sans majorations. Il propose aussi de déroger au temps de repos minimum quotidien de 11 heures minimum par jours dans le cadre de l’accord sur le droit de la déconnexion.

Proposition 2 : L’institut veut que soit intégré le versement des rémunérations supplémentaires (rachat de jours RTT ou d’heures supplémentaires) dans la formule de calcul de la réserve minimale de participation versée l’année suivante (ou reporté dans les années qui suivent si l’entreprise ne renoue pas immédiatement avec les bénéfices).

Proposition 3 : faire en sorte que toute formation figurant sur le plan de développement des compétences  pourrait être effectuée en dehors du temps de travail du salarié avec l’accord de celui-ci.

Proposition 4 : suppression de jeudi de l’Ascension comme jour férié

Proposition 5 : proposer aux fonctionnaires de secteurs d’activités nécessaires à la vie économique ou en tensions d’accroître temporairement leur durée de travail en contrepartie d’une rémunération supplémentaire

Proposition 6 : suppression de la première semaine des vacances scolaires de la Toussaint en 2020

Proposition 7 : réexaminer la question de la durée et de l’aménagement du temps de travail dans les administrations publiques

Proposition 8 : accroître les catégories éligibles aux forfaits jours dans la fonction publique

Proposition 9 : diminution du nombre de RTT dans la fonction publique, à titre provisoire.

Pour lire le document dans sa version originale, cliquez ici : Institut Montaigne