Révélation choc : l’Elysée a payé en partie les frais d’avocat de 14 personnalités politiques, dont Claude Guéant

0
683

Le budget de l’Elysée consacré aux frais de justice a été multiplié par plus de 60 en 2019, passant ainsi de 2 352 euros à 159 766 euros. En fait, une grande partie de cette somme a servi à payer les avocats de 14 personnalités, dont Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, comme l’a révélé France Inter ce 7 août 2020

Le rapport de la Cour des Comptes sur le budget de l’Elysée n’en finit pas de susciter de vives polémiques en France. En effet, après avoir révélé que Brigitte Macron, première dame, a coûté en 2019 plus de 280 000 euros à la France et que les dépenses liées au parc immobilier de l’Elysée s’élèvent à plus de 500 000 euros, voilà que le rapport des Sages vient à nouveau provoquer une nouvelle controverse.

En effet, le média France Inter qui s’est penché sur les frais de justice de l’Elysée a fait une révélation de taille ce vendredi. Le média a découvert que ces frais ont fortement augmenté en 2019, passant de 2 352 euros à 159 766 euros. L’explication est simple : le budget de l’Elysée a été utilisé en partie pour payer les frais de justice de personnalités politiques de premier plan.

D’après la même source, les avocats de 14 personnes ont été payées dans trois affaires qui ont bouffé les 2/3 de l’enveloppe de l’Elysée. Parmi ces affaires, figure celle de Claude Guéant, ancien ministre de l’Intérieur de Nicolas Sarkozy, impliqué dans l’affaire dite des “Sondages de l’Elysée” dans laquelle plusieurs proches de Nicolas Sarkozy ont été mis en examen. Parmi les personnalités ayant bénéficié de ses frais, figure aussi, d’après la source, Emmanuelle Mignon, à l’époque directrice de cabinet du chef de l’Etat.

“Bennalla nie avoir bénéficié de frais de justice de l’Elysée”

Si pour l’heure, très peu de ces personnalités citées ont pu s’exprimer sur cette affaire, Claude Guéant, quant à lui, a reconnu que “ses honoraires sont réglés à 100% par les frais de l’Elysée”, d’après France Inter. Alexandre Benalla a, quant à lui, nié avoir bénéficié de ces frais de justice.

Il convient de rappeler que la pratique en soi n’est pas illégale et que les collaborateurs de l’Elysée ont droit à ses “dépenses de protection juridique”, comme on les appelle dans le jargon administratif. Toutefois, la somme colossale dépensée en une année pour assurer leur protection juridique pourrait tout de même donner lieu à une grosse polémique.

A peine révélée par la presse, l’affaire suscite de vives réactions sur Twitter où l’indignation des internautes a bien été au rendre-vous.