Urgent : un juge d’instruction ordonne la saisie des appartements d’un Gilet Jaune dans le Var

0
281

Un juge d’instruction a ordonné la saisie du patrimoine immobilier d’un Gilet Jaune accusé d’avoir détruit des équipements publics dont la valeur est estimée à 233 000 euros

En France, la justice est particulièrement sévère envers les Gilets Jaunes. Et la décision d’un juge d’instruction dans le Var le confirme. En effet, le journal Le Point vient de révéler qu’un juge d’instruction a ordonné la saisie du patrimoine immobilier d’un Gilet Jaune accusé d’avoir détruit des équipements publics.

Dans la presse, on parle de deux Gilets Jaunes interpellés le 13 mai dernier. Ils ont été interpellés à la suite d’une enquête de plusieurs mois liés à la destruction d’équipements publics sur l’autoroute A8. On parle d’une station-service Hyper U aux Arcs et des radars automatiques de contrôle de vitesse.

« Le Gilet Jaune avait un patrimoine estimé à 175 000 euros »

D’après Le Point, c’est la vidéosurveillance de la station-service qui a permis d’identifier l’un des suspects. « Sa présence sur les lieux des délits a été confirmée par son ADN retrouvé par les limiers varois », précise Le Point. Le Gilet Jaune était apparemment connu des services de police pour recel.

Malheureusement pour lui, la facture sera très salée. La valeur de son patrimoine est estimée à 175 000 euros, tandis que la valeur des dégâts commis par les deux hommes est estimée à 233 000 euros. Le juge d’instruction a tranché ordonnant que son patrimoine immobilier soit saisi.

« Des dégâts qui coûtent très cher à l’Etat »

Cette nouvelle intervient au moment où la justice se montre particulièrement sévère envers les Gilets Jaunes. A Besançon, un couple Gilet Jaune a été condamné cette semaine à une amende de 1 500 euros pour avoir crié « Castaner Assassin », lors d’une visite du ministre de l’Intérieur dans la ville le 13 mai 2019.

Rappelons que les dégâts matériels coûtent très cher à l’Etat français. En effet, en mars dernier, le journal Les Echos avait révélé que la destruction des radars a coûté à l’Etat français 660 millions d’euros. En début mars, Bruno Le Maire, ministre de l’Economie, avait appelé à la fin des manifestations Gilets Jaunes qui, selon lui, coûtent 0,2 point de croissance à la France.