Assassinat de scientifiques et d’agents secrets iraniens : Israël va neutraliser l’Iran avant le départ de Trump

Israël doit agir vite avant que Trump ne quitte la Maison Blanche. En effet, en janvier prochain, l’actuel locataire de la Maison Blanche devra céder sa place à Joe Biden qui, en sa qualité de 46ème président des Etats-Unis, dirigera ce pays jusqu’en 2024 au moins.

Mais, entre-temps, il y a un allié de poids des Etats-Unis qui est plongé dans une inquiétude totale. Il s’agit de l’Etat d’Israël à qui Trump avait accordé une place de choix dans ses relations avec le Moyen-Orient. Sous Trump, Jérusalem a été reconnu capitale d’Israël et sous Trump également, l’ambassade des Etats-Unis a été transférée de Tel Aviv à la Ville Sainte. Et toujours sous Trump, les produits fabriqués en Cisjordanie seront étiquetés “Made In Israel” au moment de leur exportation vers les Etats-Unis et sous Trump, les Etats-Unis se sont retirés de l’Accord Nucléaire signé avec l’Iran en 2015.

Le départ de Trump est sans aucun doute un coup de massue asséné à Benjamin Netanyahou qui en avait profité pour imposer une normalisation entre Israël et des pays arabes au détriment de la Palestine qui, aujourd’hui, semble disposer de très peu soutiens. Mais, pour Israël, l’ennemi à abattre reste toujours le même : la République Islamique d’Iran, un régime théocratique dirigé en mains de fer par des hommes qui dans leur discours appellent ouvertement à la disparition de l’Etat d’Israël.

Israël est conscient qu’avec Biden, il ne jouira pas des mêmes privilèges et pire, il y a même de très forte chance que le nouveau président américain redonne vie à l’Accord Nucléaire de 2015, ce qui serait un coup fatal pour le gouvernement de Netanyahou et le Mossad. En conséquence, en attendant l’arrivée d’une nouvelle administration attendue en janvier, Bibi (Netanyahou), obsédé par la menace iranienne, veut agir très vite.

Ainsi, il n’a échappé à personne qu’une série d’assassinats vise des hauts dirigeants iraniens. La question à se poser est celle de savoir : qui commandite ces assassinats? Ces agents iraniens (pour la plupart des scientifiques) sont-ils tués par le régime iranien pour ensuite imputer la responsabilité à l’Etat d’Israël? Cette hypothèse est intéressante et pourrait même être le cas. Cependant, la réalité est toute autre.

Derrière ces assassinats en série, il n’y a aucun doute qu’il y a la main de l’Etat d’Israël. Et il y a suffisamment de preuves pour corroborer cette thèse. En effet, en janvier 2020, à la suite de l’assassinat du général iranien Qassen Soleimani, le média américain NBC News avait révélé quelques jours plus tard que les services de renseignement israéliens avaient permis aux américains de localiser le général iranien qui a été tué dans une frappe américaine à Bagdad.

D’après le média israélien Israel National News, le CIA savait exactement à quelle heure l’avion qui transportait Soleimani devait décoller à destination de l’Irak. Le même média israélien affirme que les services de renseignement israéliens ont confirmé cette information aux américains le soir de l’assassinat du général.

Et ce n’est pas fini. Le 14 novembre dernier, il a été révélé qu’un membre du groupe terroriste Al-Qaida a été tué en Iran. Quelques heures seulement après l’assassinat de l’homme présenté comme le numéro du groupe, l’agence de presse américain Associated Press fait savoir qu’il a été assassiné grâce aux services de renseignement israéliens et américains.

Et quelques jours plus tard, il a été révélé dans la presse que Netanyahou s’est rendu secrètement en Arabie Saoudite et d’après le média Business Insider, cette visite du premier ministre israélien était organisée par les Etats-Unis pour fêter l’assassinat du numéro 2 d’Al-Qaida.

Et ce vendredi 27 novembre 2020, on apprend dans la presse l’assassinat de Mohsen Fakhrizadeh, éminent scientifique iranien spécialisé en technologie nucléaire, selon le média israélien TehranTimes qui confirme l’information. Mohsen, surnommé le “père de la bombe iranienne” a été tué dans une ville située à quelques kilomètres de Téhéran, la capitale d’Iran.

Là également, il ne fait aucun doute que l’assassinat du scientifique a été commandité par les services de renseignement israéliens. C’est en tout cas la révélation faite ce vendredi par le gouvernement iranien dans une lettre adressée à Antonio Guterres, secrétaire général de l’ONU. Et dans un article publié ce 27 novembre, Fred Fleitz, journaliste chez Fox News, estime que l’assassinat pourrait bien provenir d’Israël qui veut précipiter les événements avant l’arrivée de Biden.

Qui sera la prochaine cible sur la liste? Pour le moment, personne ne le sait. Tout ce qu’on sait jusqu’ici est qu’Israël est conscient qu’avec le départ de Trump, c’est toute sa politique au Moyen-Orient qui risque de chambouler. Et pire, le gouvernement de Netanyahou ne veut surtout pas assister à une main tendue à l’Iran, ce qui serait une victoire symbolique pour le régime islamique que l’Etat d’Israël veut neutraliser à tout prix.

Dans la presse américaine, la rumeur d’une attaque militaire contre l’Iran circule déjà depuis quelques heures. Cette rumeur doit être prise très au sérieux car je le répète, Benjamin Netanyahou veut écraser l’Iran avant l’arrivée de Biden et il fera usage de tous les moyens dont il dispose pour y arriver.