Battu à Barcelone, Valls entre en guerre avec son parti et menace de rompre l’alliance

0
344

Manuel Valls menace de rompre avec Ciudadanos, le parti sous la bannière duquel il faisait campagne à Barcelone. Une probable alliance entre ce parti et Vox, l’extrême-droite espagnole, met Valls très mal à l’aise

La lune de miel est finie entre Valls et son parti Ciudadanos. En effet, quelques heures après l’annonce des résultats des élections municipales qui ont été désastreuses pour Manuel Valls, le parti auquel est affilié l’ex premier ministre français, après une débâcle à Barcelone, avait annoncé qu’il était prêt à un pacte avec deux autres partis de droite pour déloger de la mairie de Madrid l’actuelle maire Manuela Carmena.

Sauf que l’un de ces deux partis est VOX, parti d’extrême-droite espagnole très proche de Marine Le Pen et de Matteo Salvini. Deux eurosceptiques que Manuel Valls veut combattre  tout prix. A l’annonce d’un éventuel pacte entre Ciudadanos et VOX, l’ancien premier ministre français, très gêné par cette décision prise à son insu, a immédiatement menacé de rompre avec Ciudadanos.

« Valls menace de claquer la porte »

« Toute alliance avec VOX est pour moi une rupture totale et définitive avec le parti », a-t-il martelé durant une conférence de presse. La réaction de Valls a immédiatement suscité une confrontation verbale entre l’ancien premier ministre français et les poids lourds de Ciudadanos.

En effet, ce mardi, le porte-parole du parti Ciudadanos, Carlos Carrizosa, a rappelé à Manuel Valls que pourtant il a bien maintenu sa candidature à Barcelone malgré le pacte qu’il y a eu entre Ciudadanos et Vox pour gouverner en Andalousie. « Je rappelle qu’il y avait déjà une polémique en pleine campagne sur le pacte de l’Andalousie et malgré cela, la campagne a continué. Valls s’est présenté », a-t-il déclaré.

« Les deux partis suivent les résultats séparément »

Dans la presse espagnole, on affirme que les relations entre Manuel Valls et son parti ne sont plus au beau fixe. En effet, selon El Diario, les ténors du parti Ciudadanos qui s’était empressé à élire Valls, en raison surtout de son expérience politique en France, n’avait pas trop étudié le profil de l’ex premier ministre de François Hollande.

Le média espagnol ajoute que ce dimanche 26 mai, lors de la proclamation des résultats, Valls et Ciudadanos ont préféré suivre la soirée électorale séparément. Valls se trouvait à l’hôtel Gallery  à Barcelone, tandis que le parti Ciudadanos s’était réuni dans une autre salle du même hôtel.

« Tout d’un coup, on apprend sa candidature »

El Diario nous apprend aussi que Ciudadanos a commencé à prendre ses distances avec Valls à partir de fin septembre, lorsque ce dernier avait annoncé sa candidature à la mairie de Barcelone alors que les négociations n’étaient pas encore bouclées. « Il y avait beaucoup d’accords à conclure et tout d’un coup, on a appris sa candidature », confie une source proche de Ciudadanos.

Pire, Valls avait annoncé sa candidature sans en informer les deux dirigeants du parti, Albert Rivera et Inés Arrimadas. Surpris par une décision inattendue, les deux n’ont pas pu se présenter à l’investiture de Valls et se sont alors contentés de le soutenir via Twitter. A partir de là, les liens commencent à se briser. Ciudadanos se rend compte qu’il avait affaire à un gars dur.

« Des relations très froides depuis avril »

Le conflit perdure. Les relations entre Valls et Ciudadanos se détériorent à partir des élections législatives espagnoles de ce 28 avril lorsque Ciudadanos avait ouvertement appelé à barrer la route au Parti Socialiste Espagnol. Agissant de la sorte, Rivera prive Valls d’un potentiel allié dans sa course pour la mairie de Barcelone. Valls se sent ainsi désarmé à quelques semaines des Municipales.

Valls qui s’était précipité à s’affilier au parti Ciudadanos enverra une lettre aux trois partis espagnols : le parti populaire, le parti socialiste et ciudadanos, demandant aux dirigeants de ces trois partis de tout faire pour isoler Vox, l’extrême-droite espagnole. Peine perdue. Ciudadanos ne lui répond même pas.

« C’était à lui d’apporter le reste »

Désormais, les liens sont presque rompus entre Valls et Ciudadanos à la suite des résultats des municipales de ce 26 mai. En effet, la mauvaise performance de Valls qui n’a obtenu que 6 conseillers municipaux suscite un malaise au sein du parti. « La marque Ciudadanos lui donnait déjà les 5 conseillers municipaux que nous avions, au minimum. C’était à lui d’apporter le reste », confie un dirigeant du parti.

L’objectif était d’avoir 9 à 10 conseillers municipaux. Valls ne les a pas obtenus et pour Ciudadanos, c’est un échec total. A savoir si Valls continuera de dépendre de ce parti ou s’il finira par faire scission. Une chose est désormais sûre : entre Valls et Ciudadanos, la guerre est déclarée et la rupture est prévue à tout moment.