Censure en France : le syndicat des avocats critique la réforme des retraites, son compte twitter suspendu

0
195

Le compte twitter officiel du Syndicat des Avocats de France (SAF) a été suspendu, ce 17 février, pendant une journée. Le syndicat s’indigne et dénonce une censure orchestrée par le gouvernement

La démocratie en France est-elle en train de mourir ? En tout cas, si tel n’est pas le cas, des faits récents qui se sont produits ces dernières heures risquent de susciter une indignation générale. Moins de 48 heures après la décision du parquet de dessaisir Juan Branco de la défense de son  client, Piotr Pavlenski, c’est un autre scandale qui défraie la chronique.

En effet, le compte twitter du SAF (Syndicat des Avocats de France) a été suspendu durant 24 heures en raison de ses critiques sans réserve à la réforme des retraites. L’information a été donnée par le SAF dans un communiqué officiel publié sur son compte twitter intitulé « Halte à la censure ».

« Une atteinte d’une particulière gravité à la liberté d’expression »

« Le compte twitter du Syndicat des Avocats de France (SAF) a été suspendu le 17 février 2020, sans la moindre explication. Cette suspension porte une atteinte d’une particulière gravité à la liberté d’expression et à la liberté syndicale. Le syndicat des avocats de France dénonce cette censure, en pleine milieu du mouvement social contre la réforme des retraites alors que l’ensemble des outils de communication devait être utilisés pour appeler à la manifestation nationale interprofessionnelle du 20 février », peut-on lire.

Jointe par France Info, la présidente du syndicat dit avoir constaté la suspension du compte twitter lundi 17 février dans la soirée. Le compte n’a finalement été rétabli que le lendemain dans l’après-midi, renseigne Estellia Araez, présidente du Syndicat des Avocats de France (SAF).

Rappelons que le SAF s’est fait connaître ces derniers mois par ses critiques acerbes contre la réforme des retraites. D’ailleurs, ce 9 février, le syndicat a publié, sur son site, une lettre au vitriol dans laquelle il a dénoncé le mépris à son égard de la part du gouvernement par rapport à ses revendications. Ce bras de fer justifie-t-il la suspension du compte twitter des avocats pendant une journée pour faire taire le syndicat ? En tout cas, la censure n’est pas passé inaperçue et a été largement relayée par la presse ce mardi 18 février.