Coup de théâtre : le labo Johnson and Johnson condamné à 40,5 millions de dollars pour avoir arnaqué ses patients

A la veille de son procès pour son rôle dans la crise des opioïdes, le laboratoire Johnson&Johnson accepte de payer 40,5 millions de dollars pour clore un dossier judiciaire particulièrement gênant. Et ce, en pleine pandémie à Coronavirus où le laboratoire cherche à écouler ses vaccins 

Un autre géant pharmaceutique pris en flagrant délit de fraude.

Il y a un mois, la condamnation de Pfizer à une amende de 84 millions de dollars par la justice britannique avait fait le tour du monde. Depuis, Lecourrier-du-soir.com n’a cessé de révéler les gros scandales qui ont secoué Big Pharma ces derniers mois et volontairement dissimulés par les médias pour des raisons qu’on ignore totalement.

Mais, apparemment, ce n’est pas encore fini. Car, ces derniers jours, le géant Johnson and Johnson a écopé d’une amende de 40 millions de dollars pour son rôle dans la crise des opioïdes. Telle est l’information que Lecourrier-du-soir.com a obtenue de plusieurs sources fiables dont Fiercepharma.com.

En effet, d’après ce média, poursuivi par l’Etat de New Hampshire (Etats-Unis), Johnson and Johnson a fini par capituler, acceptant de payer 40,5 millions de dollars pour clore un dossier judiciaire en lien avec son rôle dans la crise des opioïdes qui a fait plus de 50 000 morts aux Etats-Unis.

A en croire la même source, l’Etat de New Hampshire avait enclenché une action judiciaire contre ce laboratoire en 2018, l’accusant d’avoir mis en place une stratégie de marketing “agressive” qui lui a permis de vendre des médicaments anti-opioïde en faisant croire aux patients qu’ils étaient plus sûrs que ceux fabriqués par ses concurrents, ce qui était faux.

Dans un communiqué rendu public ce 1er septembre et consulté par Lecourrier-du-soir.com, la justice de New Hampshire nous en dit plus. En effet, le département de Justice de cet Etat américain confirme que le laboratoire et l’Etat américain ont trouvé un accord pour que Johnson and Johnson verse 40,5 millions de dollars de dommages et intérêts.

Le département de Justice confirme la mise en place d’un marketing agressif du labo américain pour écouler ses médicaments auprès des patients et ajoute que cette stratégie marketing a été accompagnée d’une campagne de propagande dans laquelle le laboratoire tenait des propos mensongers sur les opioïdes en niant l’idée que ses médicaments ne présentaient aucun risque d’addiction pour les patients.

Et ce n’est pas tout. La justice accuse le labo d’avoir particulièrement ciblé les personnes vulnérables, à savoir les personnes âgées. Justifiant la lourde amende infligée au labo américain, la justice de New Hampshire accuse, dans son communiqué, Johnson and Johnson d’avoir eu des activités qui ont considérablement contribué à créer “une nuisance publique”.  Le procès est prévu ce 07 septembre à la Cour Suprême du comté de Merrimack.

La nouvelle n’a pas manqué de susciter des réactions sur les réseaux sociaux.