Covid-19 et « Diplomatie sanitaire » : Après la Chine, Cuba est en train de devenir le médecin du monde

0
537

Qu’on le veuille ou pas, cette crise sanitaire a été du pain béni pour certains. Si la Chine en a profité pour mettre en place une véritable « diplomatie du masque » et en s’érigeant comme l’ultime sauveur d’une planète malade, un autre pays sud-américain en a, quant à lui, profité pour mettre en place une véritable « Diplomatie sanitaire ».

Ce pays n’est autre que Cuba, pays communiste, qui n’a certainement pas regretté l’apparition du Covid-19. En effet, tout comme la Chine, depuis bientôt deux mois, l’île n’a cessé de déployer des médecins dans des pays très avancés économiquement où jamais on avait pensé que son expertise médicale aurait été sollicitée par les autorités politiques.

Le pays de Fidel Castro, fervent défenseur d’un communisme dont les positions politiques ont toujours exacerbé les Etats-Unis et l’Occident, est en train d’écrire sa page de l’Histoire. Et ce serait intéressant de se focaliser sur son apport en matière de lutte contre le Covid-19 dans les quatre coins du monde pour s’en rendre compte.

Il y a en effet deux semaines, Cuba s’était vanté d’avoir déployé en Italie une seconde brigade médicale cubaine composée de 38 professionnels de la santé dans la localité de Piamonte. Ce geste, aussi symbolique soit-il, a trouvé grâce aux yeux des autorités italiennes qui n’ont pas hésité à remercier l’île.

Et l’Italie n’a pas été le seul pays à avoir sollicité l’aide médicale cubaine. La France aussi. En effet, le 31 mars, le gouvernement français avait, à son tour, accepté de déployer des médecins cubains dans ses départements d’Outremer. Une décision qui avait suscité l’immense joie des autorités antillaises en pleine crise sanitaire.

« C’est surtout pour renforcer nos hôpitaux universitaires. Il nous manque certaines spécialités médicales et nous avons des difficultés pour faire venir des médecins depuis l’Europe. Cette décision nous permet de profiter des ressources fraternelles cubaines que nous avons à nos côtés. Donc, pour moi, c’est une victoire, une grande joie. Que ce décret intervienne en pleine crise du Coronavirus est très bon signe », s’était félicitée la sénatrice martiniquaise, Catherine Conconne.

Le 29 mars, les médecins cubains avaient atterri à l’Aéroport de Madrid mais pour se diriger vers l’Andorre. De passage dans la capitale espagnole, ils ont été acclamés, comme on a pu le voir dans plusieurs vidéos postées sur les réseaux sociaux. Début avril, l’île s’était dite prête à intervenir en Espagne si les autorités le nécessitent. Pour des raisons jusqu’ici inconnues, le gouvernement socialiste espagnol n’a jamais sollicité leur présence sur son territoire.

En Amérique Latine, les médecins cubains règnent en maîtres et interviennent déjà dans plusieurs pays, notamment au Venezuela et en Argentine, deux pays amis où ils comptent apporter des solutions efficaces dans la lutte contre le Covid-19. Et ils ne s’arrêtent pas là. Désormais, leur prochaine destinée est l’Afrique.

En effet, Cuba vient de déployer 216 médecins en Afrique du Sud, comme nous l’ont confirmé les médias cubains  ce dimanche 26 avril. Leur mission, comme l’indique l’agence de presse cubaine, Prensa Latina, consistera à « renforcer les actions actuellement en cours dans ce pays dans le cadre de la lutte contre la propagation du virus ».

En deux mois, Cuba s’est érigé, tout comme la Chine, en une puissance sanitaire incontestable, prompte à apporter son expertise médicale dans une guerre sanitaire mondiale qui terrorise le monde entier. Cette crise permettra-t-il à La Havane de faire son retour dans la géopolitique mondiale ? Ce serait trop tôt de le dire.

En tout cas, il ne fait aucun doute que dans cette crise, Cuba a écrit une précieuse page qui restera à jamais gravée dans les mémoires. Et les retombées diplomatiques ne se feront pas attendre. Dans les années qui viennent, des nations au cœur de l’Occident et d’Afrique lui ouvriront ses portes, et cela pourrait tout changer pour un pays en partie décimé par une dynastie communisme.