Covid et discrimination en Italie : en colère, Amnesty International apporte son soutien aux non-vaccinés

Dans un communiqué rendu public ce 16 janvier, Amnesty International défend les non-vaccinés et appelle le gouvernement italien à ne pas les discriminer

Les organisations internationales apportent leur soutien aux non-vaccinés. Indignées par le traitement dégradant qui est réservé aux personnes non-vaccinées dans plusieurs pays européens, certaines ONG de défense des droits de l’Homme ne veulent plus se taire. Elles appellent à mettre fin à la discrimination contre les non-vaccinés.

C’est du moins ce qu’a fait Amnesty International dans un communiqué cité par plusieurs médias, dont The Local, basé en Italie. En effet, d’après cette source, l’organisation internationale a demandé au gouvernement italien de trouver d’autres moyens de contrôler le virus, tout en permettant aux non-vaccinés de pouvoir se rendre au travail et emprunter le transport public “sans discrimination”.

Parlant du Pass Sanitaire, la position de l’ONG est sans ambages. “Ceci doit être un outil limité dans le temps et le gouvernement doit continuer de s’assurer que toute la population jouisse de ses droits fondamentaux, tels que le droit à l’éducation, au travail et aux soins”, précise le communiqué.

Il convient de souligner que cette mise en garde d’Amnesty International intervient dans un contexte de forte tension en Italie, marqué par une guerre sans merci entre le gouvernement qui a récemment imposé des mesures drastiques dont la vaccination obligatoire et une partie de la population.

Pour rappel, le 5 janvier dernier, le gouvernement italien avait rendu la vaccination obligatoire à toute personne âgée de plus de 50 ans. L’information avait été confirmée par l’agence de presse Reuters qui nous apprenait que la mesure devait durer jusqu’au 15 juin. L’agence de presse britannique précise que la vaccination en Italie avait déjà été rendue obligatoire aux enseignants et aux soignants.